Nouvel article de blog

Welcome

Our Service

 

NOUVEAU :

Nous sommes désormais en partenariat avec DOCTOLIB & MONDOCTEUR si vous souhaitez que certains de vos patients puissent prendre leurs rendez-vous sur internet.

 



0 commentaires

COLLABORATION SOUS TRAITANCE

Vous êtes permanence téléphonique : nous proposons de vous décharger dans le cadre d'une absence, de vos congés ou tout simplement en débordement d'appels ! N'hésitez pas à prendre contact avec nous ! Nous sommes A VOTRE SERVICE !

0 commentaires

Recherchons stagiaire

Permanence téléphonique

un(e) stagiaire

vous souhaitez apprendre ce métier : très bonne élocution, très bonne orthographe -  stage effectué les 15 premiers jours de septembre 2016 - formation obligatoire cet été afin que la personne puisse être autonome (mais accompagnée) en septembre. De préférence avoir un véhicule (le bus n'est pas proche de nos locaux) 04 76 70 39 69



NOUVEAU PARTENARIAT

AVS TÉLÉSECRÉTARIAT VOUS INFORME DE SON PARTENARIAT AVEC ALPES TÉLÉSECRÉTARIAT vous assurant ainsi une plus grande présence et disponibilité tout au long de l'année.

Les atouts d'A.V.S.

Nous bannissons les forfaits alléchants où en finalité l'appel hors forfait est facturé plus d'1 €.

Nous privilégions la QUALITÉ à la QUANTITÉ.

(pas de turn-over du personnel chez AVS !)

Notre but est de fidéliser aussi vos patients, vos clients et comment mieux les connaître qu'en ayant toujours les mêmes interlocutrices depuis des mois voire des années ? Nous avons été les premières concernées ... quand nous souhaitions prendre un rdv avec notre propre médecin : une musique d'attente interminable, personne au bout du fil qui vous rassure au moins en vous indiquant d'une voix humaine qu'elle va vite vous reprendre ... et non pas ce maudit répondeur qui vous signale que toutes les lignes sont occupées : veuillez rappeler ultérieurement ! Après plusieurs tentatives et rencontrant cet énorme souci de communication, nous avons changé de médecin ! Et avons donc fait le choix de privilégier au sein de notre petite structure la qualité de nos services et surtout le côté humain !

Droit du travail ce qui va changer

Vous pourrez travailler 12 heures par jour

La situation aujourd'hui. La durée quotidienne maximale du temps de travail est de dix heures. Il existe des dérogations (dans les hôpitaux, par exemple), mais elles sont "accordées dans des conditions fixées par décret, autrement dit dans des cas très rares", rappelle Le Parisien.

Ce que prévoit l'avant-projet. Le temps de travail maximal pourra être porté de dix à douze heures "en cas d’activité accrue ou pour des motifs liés à l’organisation de l’entreprise", si "une convention ou un accord d'entreprise" le prévoit. 

Si vous êtes apprenti, vous pourrez travailler 10 heures au lieu de 8

La situation aujourd'hui. Les apprentis, dont les plus jeunes ont 15 ans, peuvent déjà travailler plus de huit heures par jour et plus de 35 heures par semaine si l'entreprise obtient l'accord de l'inspection du travail "après avis conforme du médecin du travail".

Ce que prévoit l'avant-projet. "A titre exceptionnel ou lorsque des raisons objectives le justifient, l'apprenti de moins de 18 ans peut effectuer une durée de travail quotidienne supérieure à huit heures, sans que cette durée puisse excéder dix heures. Il peut également effectuer une durée hebdomadaire de travail supérieure à trente-cinq heures, sans que cette durée puisse excéder 40 heures." 

Il suffira à l'employeur d'"informer" l'inspecteur du travail et le médecin du travail, sans avoir à demander l'autorisation. Les artisans en tension (imaginons les pâtissiers en période de fêtes) se priveront-ils de recourir si facilement à cette main d'œuvre payée 25% du Smic (366 euros) la première année ? Pas sûr. La protection des jeunes salariés est ainsi "affaiblie", signale à francetv info Emmanuel Dockès, professeur de droit du travail à l'université de Paris-Ouest Nanterre. 

Votre semaine pourra atteindre, de façon temporaire, 46 heures… voire 60

La situation aujourd'hui. La durée légale du temps de travail des salariés à temps complet est de 35 heures par semaine, et toute heure accomplie au-delà est une heure supplémentaire "qui ouvre droit à une compensation". Selon la loi, le temps hebdomadaire maximal moyen de travail ne peut excéder 44 heures, sur une durée de douze semaines au plus.

Ce que prévoit l'avant-projet. La durée légale du temps de travail reste de 35 heures par semaine. Quant au temps hebdomadaire maximal moyen de travail, il demeure fixé à 44 heures… mais sur seize semaines. Et cette durée peut être portée à 46 heures si la convention collective le prévoit. Enfin, la loi ouvre la possibilité pour l'autorité administrative de monter à 60 heures de travail au cours d'une même semaine, "en cas de circonstances exceptionnelles" .

Si vous êtes salarié dans une PME, le patron pourra plus facilement vous imposer un forfait-jour

La situation aujourd'hui. La hiérarchie doit négocier un accord d'entreprise avant de pouvoir appliquer à telle ou telle catégorie de personnel le "forfait-jour". Celui-ci permet de rémunérer certains salariés, notamment les cadres, sur la base d’un nombre de jours travaillés annuellement (une sorte d'échange de journées, éventuellement longues, contre des RTT).

Ce que prévoit l'avant-projet. Dans les entreprises de moins de cinquante salariés, le patron pourra conclure ce forfait-jour directement avec tel ou tel salarié, sans passer par un accord d'entreprise. En outre, le salarié au forfait-jour n'aura plus droit automatiquement à 11 heures de repos consécutives. Elles pourront être fractionnées.

Vos heures supplémentaires risquent d'être payées moins, et plus tard

La situation aujourd'hui. Au-delà de 35 heures, les heures supplémentaires sont majorées de 10%, et certaines branches professionnelles imposent un minimum de 25% de majoration.

Ce que prévoit l'avant-projet. Le plancher de 10% de majoration reste en vigueur, mais le taux de 25% minimum imposé par certaines branches professionnelles saute, explique Mediapart. Et, comme d'habitude, le diable se cache dans les détails : "Le paiement des heures supplémentaires, jusqu’ici annualisé, pourrait être reporté de deux années supplémentaires. Une partie de son salaire à crédit en somme", conclut le site. L'article L. 3121-40 du projet prévoit en effet que "les heures supplémentaires sont décomptées à l’issue [d'une] période de référence. Cette période de référence ne peut dépasser trois ans en cas d’accord collectif."

Vous aurez moins de recours en cas de licenciement économique

La situation aujourd'hui. En cas de litige, il appartient au juge d'apprécier les réalités économiques des entreprises qui licencient.

Ce que prévoit l'avant-projet. Les difficultés économiques justifiant des licenciements sont désormais précisées par l'article 30 bis. La liste est longue : "baisse des commandes ou du chiffre d'affaires pendant plusieurs trimestres consécutifs en comparaison avec la même période de l'année précédente", "pertes d'exploitation pendant plusieurs mois", "importante dégradation de la trésorerie", mais aussi "mutations technologiques" ou "réorganisation de l’entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité". 

Le juriste Emmanuel Dockès juge cette "prédétermination" des cas "inquiétante" parce qu'elle crée "une sorte d'automaticité. La perte d'exploitation peut justifier des licenciements, mais combien ? Dix pour cent du personnel ? Vingt pour cent ? Ce motif est désormais 'automatisé' comme raison valable, quel que soit le plan de licenciements." 

Il remarque aussi que les difficultés rencontrées par la filiale française d'un groupe international ne pourront plus être appréciées que dans le strict territoire national. "Si, par un jeu d'écritures, l'entreprise fait un petit déficit en France et des bénéfices ailleurs, par exemple dans sa filiale allemande, via des contrats déséquilibrés, il sera interdit au juge de le vérifier. Ce cadeau-là n'est pas pour les PME, mais pour les groupes internationaux." Même si le groupe est florissant ailleurs, vous n'aurez pas de recours.

En cas de contestation de votre licenciement, vous toucherez moins aux prud'hommes

La situation aujourd'hui. En cas de licenciement jugé abusif, le salarié peut porter l'affaire aux prud'hommes et obtenir des indemnités, qui ne sont pas plafonnées pour l'instant. La loi Macron, qui voulait instituer ce plafonnement, a été retoquée sur ce point.

Ce que prévoit l'avant-projet. Les dédommagements obtenus seront plafonnés selon un barème fondé sur l'ancienneté. Avec moins de deux ans d'ancienneté, vous toucherez au maximum trois mois de salaire, avec moins de cinq ans d'ancienneté, six mois de salaire, etc. Pour plus de vingt ans, vous ne pourrez compter que sur quinze mois. "Les montants retenus sont souvent en dessous des moyennes observées directement dans les tribunaux", constatent Les Echos, qui estiment que ce plafonnement est "bien plus avantageux [que la loi Macron] pour les plus grandes entreprises". En clair, ce plafonnement désavantage les salariés. Le juge pourra toutefois décider de dépasser le plafond en cas de harcèlement ou de licenciement discriminatoire.

Nvelle loi fin de vie

Nouvelle loi sur la fin de vie : que faut-il retenir ?

- vendredi 5 février 2016

La grande nouveauté de cette nouvelle loi est la mise en place de la « sédation profonde et continue », sous certaines conditions. Que pensez-vous de ces conditions, vous semblent-elles suffisantes, sans ambiguïté ?

Valérie Desplanques : Le texte a pour philosophie : « dormir pour ne pas souffrir avant de mourir » et le propos n’était pas pour les rédacteurs de la loi que soit ouvert un droit à la mort, à l’euthanasie ou à un suicide assisté. Il n’était absolument pas question de pouvoir proposer une sédation à but terminal mais d’associer à un arrêt des traitements de maintien de vie, dans les cas visés par la loi, une sédation profonde et continue afin d’éviter toute souffrance.

JPEG - 47.5 ko
Valérie Desplanques, avocat (SCP Valérie Desplanques)

Sur le terrain, l’appréciation que devra faire l’équipe médicale pour savoir si tel cas correspond bien à un de ceux visés par la loi reste bien évidement une décision humaine et comme telle sujette à discussion. Mais la collégialité, qui « permet à l’équipe soignante de vérifier préalablement que les conditions d’application prévues aux alinéas précédents sont remplies » [1], est un gage de sécurité.

En outre, si la nature bioéthique et l’importance sociétale de ces questions nécessitent un cadre juridique strict, il est important que l’appréciation des conditions d’application soit laissée au corps médical afin de permettre une certaine souplesse nécessaire à la matière.

Estelle Minatchy : Selon les termes de la loi, le patient atteint d’une affection grave et incurable se voit reconnaitre un droit à la sédation profonde lorsqu’il souhaite éviter toute souffrance. Cette possibilité lui est offerte dans deux cas : lorsqu’il présente une souffrance réfractaire aux traitements qui lui ont été administrés et lorsque sa décision d’arrêter ces traitements ferait naitre une souffrance insupportable.

La notion de sédation profonde, d’après les rapports de la Commission Sicard et celui du Comité consultatif national d’éthique, serait la recherche, par des moyens médicamenteux, d’une diminution de la vigilance pouvant aller jusqu’a la perte de conscience. Le but est de diminuer ou de faire disparaitre la perception d’une situation où la souffrance et la douleur ne peuvent être soulagées.

« Sédation profonde ou continue jusqu’à la mort ? »

Cependant, cette sédation profonde et continue reste très ambiguë et soulève la question de la conduite à tenir : sédation profonde ou continue jusqu’à la mort ? Quand passe-t-on de la sédation profonde au décès ? Aucune indication n’est donnée par le législateur sur la frontière entre l’état de perte de consciente et le moment ou le patient décède.

A votre avis, le droit du patient en fin de vie est-il renforcé par ces nouvelles dispositions ?

V.D. : Oui, en tout cas, c’est le but. L’article 3 tend à créer un droit nouveau à la sédation profonde et continue jusqu’au décès pour une personne malade dont le pronostic vital est engagé. L’article 4 de la loi [2] tend à renforcer le droit du malade à recevoir des soins destinés à soulager sa souffrance. Ces droits sont certes encadrés par des conditions de mise en œuvre bien précises mais ils constituent indéniablement une avancée. C’est au malade de décider ; certes sous contrôle.
Les rapporteurs de cette loi ont eu pour objectif premier de renforcer le droit du patient en fin de vie mais, on l’a déjà dit, il s’agit d’une loi consensuelle et il ne s’agissait pas de franchir la frontière pour certains inconcevable de la dépénalisation de l’assistance au suicide.

« C’est au malade de décider ; certes sous contrôle. »

Il faut par ailleurs considérer que les textes en ce domaine très sensible ne peuvent tout prévoir et qu’en tout état de cause, même à supposer un texte parfait, seule l’application qui en sera faite est importante pour le malade. Dans l’exercice de notre profession d’avocat, obtenir une décision de justice favorable pour notre client est notre but mais nous savons bien que cela est de peu d’intérêt si la décision ne peut recevoir exécution.

JPEG - 22.1 ko
Estelle Minatchy, juriste

C’est la même chose pour une loi. Attendons de voir si les droits renforcés des patients en fin de vie pourront s’appliquer sur le terrain, ensuite des décrets d’application et ensuite de la mise en œuvre du plan triennal pour le développement des soins palliatifs annoncé par le gouvernement qui prévoit notamment que seront déployées dès 2016 sur l’ensemble du territoire, trente nouvelles équipes mobiles de soins palliatifs.

E.M. : Il faut envisager cette question du point de vue de la personne dont la perspective de devoir vivre jusqu’au terme ultime de sa vie dans un environnement médicalisé est insupportable.

Les droits du patient en fin de vie sont en effet renforcés : il dispose désormais d’un droit de mettre fin à sa vie, mais sous certaines conditions. La Cour européenne des droits de l’homme reconnaît à l’individu le droit de décider de quelles manières sa vie doit prendre fin, à condition qu’il soit en mesure de forger librement sa volonté. La nouvelle loi, créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie, vient introduire dans le droit français le droit pour le patient de terminer sa vie dans la dignité.
Par ailleurs, la loi donne également une force contraignante aux directives anticipées, destinées à faire connaitre les souhaits du patient en fin de vie. Aujourd’hui, toute personne majeure peut rédiger des directives anticipées pour le jour où elle serait hors d’état d’exprimer sa volonté, directives révocables à tout moment [3].

La loi traite uniquement de la fin de vie, mais sera-t-elle applicable aux cas similaires à Vincent Lambert, ou faudra-t-il attendre une nouvelle législation ?

V.D. : Cette question a été précisément posée lors des débats parlementaires. Pour tenir compte des cas d’individus atteints d’une pathologie qui n’engage pas leur pronostic vital à court terme (condition imposée par la loi), un amendement a été proposé pour que la mise en place d’une sédation soit conditionnée à la « constatation d’une impasse thérapeutique ».

Jean Leonetti, rapporteur, a émis un avis défavorable : «  On a le droit depuis la loi de 2002, d’interrompre des traitements de survie à la demande du patient ou bien lorsque l’on considère qu’il s’agit d’une obstination déraisonnable dans une procédure collégiale, c’est-à-dire quand les traitements sont inutiles, disproportionnés ou quand ils n’ont d’autre but que le maintien artificiel de la vie. C’est sur ce fondement que le Conseil d’Etat a jugé légale la décision médicale de mettre fin aux traitements de Vincent Lambert. Une souffrance réfractaire au traitement est en soi une impasse thérapeutique ». Ainsi pour les rédacteurs de la loi, les cas similaires à celui de Vincent Lambert sont bien régis par la loi.

« Cette nouvelle loi vient renforcer la prohibition de l’obstination déraisonnable. »

E.M. : La nouvelle loi s’applique à des hypothèses bien déterminées de fin de vie ou d’obstination déraisonnable, sans pour autant préciser nettement cette dernière notion. A cet égard, le Conseil d’Etat dans sa décision du 14 juin 2014 a relevé qu’aux termes de la loi, le traitement n’ayant « d’autre effet que le seul maintien artificiel de la vie » peut caractériser une obstination déraisonnable. Il rappelle que l’alimentation et l’hydratation artificielles dont fait l’objet Vincent Lambert constituent des traitements au sens de la loi du 22 avril 2005. Ce qui est intéressant dans cette nouvelle loi c’est qu’elle vient renforcer la précédente loi Leonetti qui prohibait déjà l’obstination déraisonnable pour les patients en fin de vie.

Si Vincent Lambert est concerné par la loi, il ne l’est que sur le terrain de l’obstination déraisonnable. A priori, la sédation profonde ne peut lui être reconnue, car elle est réservée aux patients en fin de vie, dont le pronostic vital est engagé à court terme, et ne concerne pas les personnes dans la fleur de l’âge dont l’existence se trouve accidentellement brisée. La fin de vie au sens de la loi Claeys/ Leonetti demeure donc toujours liée à l’âge ou à la maladie.

La nouvelle loi fait montre de l’intention du législateur de garantir la lutte contre l’obstination déraisonnable. Cependant, elle ne comble pas tous les vides juridiques. Certaines questions restent en suspens : dans les faits, comment considérer et caractériser un traitement d’obstination déraisonnable ?

Propos recueillis par Clarisse Andry
Rédaction du Village de la Justice

OFFRE DE STAGE COMMERCIAL

Notre activé est en pleine expansion : vous recherchez un stage commercial sur le terrain ?

dans l'ISERE

Nous contacter par mail contact@avs-secretariat.com

TRAVAUX DE SECRÉTARIAT

Vous êtes débordés ? Notre service de secrétariat juridique prend en charge la rédaction de tous vos actes juridiques (conclusions, assignations, requêtes, etc ...) régulièrement ou occasionnellement en respectant vos délais et la confidentialité de votre métier (A DISTANCE ou sur demande, nous pouvons nous déplacer). Nous effectuons également tous travaux de secrétariat : devis, factures, courriers, thèses, mémoires, manuscrits, etc ... TARIFS PRÉFÉRENTIELS en fonction de VOS SEULS BESOINS.

0 commentaires

Les avantages du télésecrétariat

Accueil téléphonique, frappe de documents, retranscriptions audio..., le télésecrétariat est une solution efficace et rentable quand on n'a pas les moyens de rémunérer une secrétaire à plein temps.

Vous n'avez pas les moyens de vous offrir une secrétaire à plein temps pour adresser les devis à vos clients ou gérer vos rendez-vous. Ou bien votre secrétaire est absente et vous avez besoin d'envoyer un courrier urgent. Dans tous les cas, faites appel à une télésecrétaire, indépendante ou salariée d'une société spécialisée. Pour la frappe de documents, comptez "de 4 à 6 euros la page et jusqu'à 40 euros pour un courrier publicitaire intégrant une photo", explique Mme S.R. télésecrétaire indépendante. Sa clientèle : des commerçants, des professions libérales ou des artisans. La saisie de données se fait souvent à partir d'un document audio envoyé par la poste ou par mail : un compte-rendu enregistré sur un dictaphone, l'enregistrement d'une réunion.  

On distingue alors trois niveaux de retranscription : in extenso ; reformulée - le discours étant adapté au langage écrit ; ou synthétique - seuls les points importants étant conservés pour obtenir un document clair et concis. Les tarifs varient en fonction : en moyenne, compter 2 euros HT la minute enregistrée pour retranscrire un fichier audio en français, en mot à mot. Autre tâche qu'une télésecrétaire peut se voir confier : la téléprospection pour la prise de rendez-vous, réalisée généralement sur la base d'un forfait.

Des activités à forte valeur ajoutée

Une base que la télésecrétaire peut également mettre à jour (vérifier que les données sont fiables et actualisées), notamment pour une campagne de mailing. Le coût varie en fonction du volume du fichier, du nombre de champs à qualifier (nom, raison sociale, adresse, téléphone, e-mail...) et de la difficulté à obtenir les bonnes informations.  

La télésecrétaire pourra ensuite réaliser un publipostage en procédant à la mise sous pli et à l'affranchissement. Là aussi, le coût est variable (à partir de 0,60 euro HT par enveloppe, hors affranchissement), selon les critères pris en compte : importance de la base de données, nombre de pages envoyées, apposition de l'adresse expéditeur (étiquettes, tampons...), traitement en retour des NPAI ("N'habite pas à l'adresse indiquée")...  

Certaines télésecrétaires proposent également la traduction de documents ou la retranscription en français à partir d'une langue étrangère. Toutes, en revanche, ont à leur actif l'accueil téléphonique, sous forme de permanence (prise de rendez-vous pour un médecin, par exemple), de standard externalisé ou de gestion d'un agenda. Le tarif est souvent calculé à l'appel reçu.

0 commentaires

Comment hésiter ?

Vous avez plus d'une centaine d'appels par mois ? Nos tarifs s'ajustent selon VOS SEULS BESOINS entre 0.65 cts et 0.75 cts par appel entrant ! Pour une présence NON-STOP de 07h30 à 20h00 ! Sans aucune charge pour votre structure ! Vous pouvez ainsi exercer votre activité sans être dérangé avec notre service de PERMANENCE TÉLÉPHONIQUE de taille HUMAINE !!!

EDF VA SUPPRIMER DES POSTES

L'énergéticien français EDF a annoncé, jeudi 21 janvier, qu'il allait réduire ses effectifs de 5% sur la période 2016-2018, sans licenciement, et réduire ses dépenses d'exploitation pour affronter un marché énergétique déprimé et mettre en oeuvre son plan stratégique.

"Pour s'adapter à son environnement et mettre en oeuvre les choix stratégiques de son projet CAP 2030, EDF SA optimise ses ressources en diminuant le nombre de recrutements et en réduisant toutes ses dépenses d'exploitation. Cela devrait se traduire par une baisse des effectifs de 5% sur le périmètre d'EDF SA, sans aucun licenciement, sur la période 2016-2018", a indiqué le groupe dans un communiqué diffusé à l'issue d'un comité central d'entreprise (CCE).

Le groupe a précisé à l'AFP que les suppressions d'emplois concernaient les 67.000 effectifs d'EDF SA, soit environ 3.350 personnes. "Cette gestion des ressources s'inscrit dans un environnement marqué par une concurrence accrue et des conditions de marché défavorables en France et en Europe qui nécessite une adaptation de l'entreprise", selon EDF.

LA GASTRO ARRIVE

L'épidémie de gastro a démarré en France métropolitaine tandis que celle de grippe tarde à arriver, selon le réseau de surveillance Sentinelles.

Le franchissement du seuil épidémique pendant deux semaines consécutives permet de déclarer une épidémie au niveau national.

Pour la semaine dernière, le nombre des cas de diarrhée aiguë vus en consultation de médecine générale a été estimé par Sentinelles à 143.000 cas, soit 219 cas pour 100.000 habitants, au-dessus du seuil épidémique (194 cas pour 100.000 habitants).

"Il s'agit de la seconde semaine consécutive de dépassement du seuil épidémique confirmant l'arrivée de l'épidémie en France", commente Sentinelles dans son bulletin hebdomadaire mercredi.

Les taux d’incidences les plus élevés ont été relevés en Languedoc-Roussillon (389 cas pour 100.000 habitants), Nord-Pas-de-Calais (380) et Champagne-Ardenne (363).

"L'âge médian des cas (de 2 mois à 95 ans) était de 23 ans. Les hommes représentaient 48% des cas", ajoute Sentinelles qui constate toutefois que "les tableaux cliniques (...) ne présentaient pas de signe particulier de gravité", avec un pourcentage d'hospitalisation estimé à 0,5%.

Sur le front de la grippe saisonnière, l'activité est restée faible la semaine dernière.

"Le taux d'incidence des cas de syndromes grippaux (fièvre supérieure à 39°C d'apparition brutale, accompagnée de douleurs musculaires et de difficultés respiratoires) vus en consultation de médecine générale a été estimé à 69 cas pour 100.000 habitants, soit 45.000 nouveaux cas, en dessous du seuil épidémique (176 cas pour 100.000 habitants)", précise le réseau de surveillance.

Dans son bulletin hebdomadaire publié mercredi, l'Institut national de veille sanitaire (InVS) note de son côté que si l'activité de la grippe est restée faible, on constate une augmentation de certains indicateurs ainsi qu'une proportion plus élevée de prélèvements positifs.

L'Institut appelle par ailleurs les personnes qui ne sont pas encore vaccinées à le faire alors que la couverture vaccinale des populations à risque (notamment les personnes âgées de 65 ans et plus) n'est que de 47% selon une estimation provisoire, "loin de l'objectif de 75% fixé par l'OMS".

"Il est important pour les personnes à risque de se faire vacciner: l’épidémie n’a pas débuté et il est donc encore temps", souligne l'InVS.

En France métropolitaine l'an dernier, l'épidémie de grippe de "forte ampleur", qui a durement frappé les personnes âgées, a contribué à une surmortalité hivernale record de 18.300 décès, selon l'InVS.

LE VIRUS ZIKA

Le virus Zika s’étend dans les Antilles. En moins d’une semaine, le nombre de cas confirmés a doublé en Martinique pour atteindre 102. Les cas suspects sont quant à eux évalués à 1 000. Si le virus continue à se propager aussi rapidement, « la totalité des communes de l’île devrait être concernée », prévient les autorités sanitaires.

Pour limiter autant que possible sa propagation, la Préfecture de la Martinique a décidé de placer l’île au niveau 3 du programme de surveillance, d'alerte et de gestion des épidémies (PSAGE), soit le stade épidémique. Une cellule de gestion, sous la présidence du préfet, devrait « se réunir toutes les semaines, et plus s’il en est besoin, pour coordonner les actions à mener », indique la préfecture. Objectif : renforcer la lutte contre le vecteur,le moustique Aedes aegypti et Aedes albopictus, en multipliant les épandages d’insecticides et la destruction des gîtes larvaires.

Les autres départements français d’Amérique ne sont pas épargnés par Zika. La Guadeloupe et Saint-Martin ont confirmé la présence de 2 premiers cas. « Il s’agit d’un homme résidant à Saint-Martin et d’une fillette résidant à Grande-Terre en Guadeloupe », a indiqué l’Agence régionale de santé de Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy avant de précisé que « ces cas sont qualifiés d’autochtones puisqu’aucune de ces personnes n’a voyagé dans les 15 jours précédant le début des signes. »


La situation s’aggrave en Amérique latine

Par ailleurs, la situation semble s’aggraver en Amérique latine. En Colombie, les autorités sanitaires s’attendent à une évolution similaire au virus du chikungunya, soit entre 600 000 et 700 000 personnes infectées. A l’heure actuelle, le pays a répertorié plus de 10 800 cas confirmés. Elles redoutent également l’explosion des cas de microcéphalie, une malformation congénitale qui pourrait être liée à l’infection par Zika. Par mesure de précaution, 560 femmes enceintes ont donc été placées sous surveillance renforcée.

De son côté, le Brésil, pays le plus touché par l’épidémie de fièvre Zika, a annoncé que le nombre de cas de microcéphalie est en hausse. Selon le ministère de la santé, au 16 janvier, 3 893 enfants sont nés avec cette anomalie de croissance de la boîte crânienne, contre 3 530 dix jours plus tôt.

Aux Etats-Unis, la présence du virus Zika s’affirme de plus en plus. Ce mercredi, 3 nouveaux cas ont été confirmés en Floride chez des personnes ayant récemment voyagé en Colombies (2 d’entre elles) et au Venezuela. Une semaine plus tôt, une touriste américaine résidant au Texas a elle aussi déclaré les symptômes de la fièvre Zika après un voyage au Salvador. Pour le moment aucun cas autochtone n’a été rapporté. En revanche, un premier cas de microcéphalie a été signalé à Hawaii.

ST-VALENTIN

Soirée Saint Valentin...

 

Ajouter cet évènement au calendrier

 

14 février 2016 19:30 à Corrençon-en-Vercors

Gastronomie

Soirée vigneron

 

Le restaurant les Hauts Plateaux vous propose un repas aux chandelles ( mise en bouche, entrée, plat, dessert )

pour 39 € / pers ou un repas accord mets & vins ( 3 verres en accord ) pour 50 € / pers


Adulte : de 39 à 50 €.

 

 

Lieu de la sortie

 

LES HAUTS PLATEAUX


38250 Corrençon-en-Vercors
Tèl. : 04 76 95 29 97
E-mail : contact@les-hauts-plateaux.fr

L'actualité de notre région

Soirée oenologie "Coeur vers Corps et classe de mer"

Ajouter cet évènement au calendrier
22 janvier 2016 19:30 à Corrençon-en-Vercors
Gastronomie
Soirée vigneron

Découvrez les vins en vous amusant (dégustation en verres noirs pour la couleur, reconnaissance de senteurs du vin, jeux, viniquizz…). Un buffet terroir accompagnera les dégustations.La totalité des recettes de la soirée sera reversée pour moitié à l'association Corrençonnaise "Coeur vers Corps" et pour moitié au voyage de classe de mer des CM1



 

0 commentaires

Pour passer une bonne journée

Pour être heureux(se) et rendre heureux ses proches, mieux vaut passer de bonnes journées. Or, certaines anxiétés ou contraintes quotidiennes nous en empêchent. Pas toujours facile de passer à côté… excepté si l’on adopte ces dix mantras expliqués par Fourchette & Bikini dans cet article. Alors, prêt(e) à sourire à la vie ? 

1/ Prendre un bon petit déjeuner

Inutile de préciser que l’on doit se lever du bon pied pour passer une bonne journée. Et pour bien démarrer la matinée, pas question de zapper le petit déjeuner. La fatigue ou la faim de fin de matinée ou en plein après-midi qui noircissent notre humeur ? Elles sont décuplées si on zappe ce premier repas de la journée. Alors, on fait l’effort d’avaler une boisson chaude, un produit céréalier, un produit laitier et un produit fruité peu de temps après s’être réveillé(e). Tonus, énergie et vitalité seront assurés !

2/ Dormir au minimum 8 heures par nuit

Bien et suffisamment dormir est essentiel pour éviter bien des coups de barre pendant la journée. Quoi de pire que de se sentir lessivé(e) et peu motivé(e) au travail ou à la maison ? On ne le répétera jamais assez, il faut dormir au minimum huit heures par nuit afin d’être en bonne santé. Une fois adopté, la bonne humeur sera facilitée !

3/ Faire des pauses

On croule sous les dossiers au bureau ? On passe des heures à faire le ménage à la maison ? Une pause s’impose ! Elle nous évitera de nous sentir surmené(e), intellectuellement ou physiquement parlant. Se prendre un café à la cafét’, fumer une cigarette, lire un magazine ou écouter de la musique, (…), bien des choses existent pour décompresser !

4/ Bouger

Rien de pire que de sentir son corps raplapla et ramolli… Zoom sur le sport pour se tonifier et se muscler. Surtout que, la pratique d’une activité physique libère des endorphines dans notre organisme, les fameuses hormones du bien-être et du bonheur. Alors, plus on bougera, plus on se sentira léger(ère) et fin prêt(e) à affronter les problèmes. Du footing au jardinage, toutes les activités sont bonnes pour bouger !

5/ Avoir des projets

Avoir des projets plein la tête est motivant et vecteur de bonne humeur. Agrandir la cuisine, redécorer le salon, acheter une nouvelle voiture ou avoir une promotion, (…), chacun nous pousse à vivre dans le présent et à continuer à aller de l’avant. En plus, quel plaisir de se lever en ayant un but bien précis en tête à atteindre…

6/ Être cordial(e) et bienveillant(e)

Une dispute avec Chéri(e), une embrouille avec notre meilleur(e) ami(e) ou un désaccord avec notre patron, (…), et notre moral en prend un sacré coup. On ne peut pas être certain(e) que les autres feront de même mais on pense à être cordial(e) et bienveillant(e) face à ceux qui nous entourent. Un sourire est plus apprécié qu’une moue. Nos proches seront à même, face à notre bonne humeur, d’être amicaux envers nous-mêmes… et ça, c’est l’une des clés pour être et se sentir heureux(se) !

7/ Accepter l’échec

Personne n’est parfait, il arrive fréquemment que l’on commette des erreurs. La présentation médiocre au bureau ou l’accrochage en voiture en rentrant à la maison ? Ça arrive à tous; il y a bien plus grave. Notre famille est en bonne santé, notre chéri(e) nous soutient sur tous les fronts et  on vient d’avoir une promotion, (…), on dédramatise donc… et accepte la situation !

8/ Être positif(ve)

La positive attitude, ça vous parle ? Comme dit plus haut, on apprend de ses erreurs et garde en tête le meilleur de chaque problème ou situation. La présentation médiocre au bureau ? Certains points positifs ont abouti en conclusion. L’accrochage en voiture ? Ce n’est que du matos, on est sain(e) et sauf(ve). Grâce à ses pensées positives, on évitera le stress, l’anxiété et la nervosité qui grisent notre journée.

9/ Ne pas ressasser le passé

Le plus important pour être heureux et passer une bonne journée, c’est de vivre l’instant présent. Ressasser le passé cause de la nostalgie (parce que l’on s’attarde souvent sur des événements malheureux qui s’y sont produits). Alors, on tire un trait sur tout cela et vit là, maintenant ! La moindre chose présente (qui nous entoure) nous rappelle que l’on est en vie. Autant en profiter, non ?

10/ Rêver

Pas question pour autant d’oublier de rêver ! Se projeter dans le temps est primordial pour savoir ce que l’on désire, souhaite ou envie le plus dans la vie. Que veut-on faire demain, après-demain, dans deux jours ou ce week-end ? Chaque réponse obtenue nous permettra d’apprécier d’autant plus nos journées et de nous aider à réaliser nos souhaits.

0 commentaires

OFFRES DE BIENVENUE

Profitez de nos offres de bienvenue : en permanence téléphonique régulière, nous vous offrons une journée d'appels par semaine les 3 premières semaines !

Pour tous travaux de secrétariat : 1 page sur 2 vous est offerte !

0 commentaires

Douceur anormale sur l'Arctique

Le Pôle Nord était anormalement doux mercredi 30 décembre avec des températures comprises entre 0 et 2 degrés Celsius, sous supérieures d’au moins 20 degrés aux normales saisonnières. Une situation qui s’explique par une «puissante et violente» dépression qui affecte l’Atlantique Nord, précisent les services météorologiques canadiens.

Après avoir fait connaître à l’Est du Canada un Noël exceptionnellement chaud (15,9 degrés Celsius le 24 décembre à Montréal alors que les températures sont souvent proches de -10 degrés à cette période), cette dépression a gagné l’océan Atlantique nord. Elle est actuellement centrée sur l’Islande, y faisant chuter la pression de l’air à 928 hectopascals, et entraînant des vents de 140 km/h et des vagues de 15 mètres de haut.

Région la plus affectée par le réchauffement climatique

«C’est une dépression extrêmement violente et extrêmement puissante, ce n’est donc pas surprenant que les températures chaudes soient poussées si au nord et que des vents violents touchent l’Angleterre» où l’armée a été mobilisée face aux intempéries, a déclaré à l’AFP Natalie Hasell, météorologue au ministère canadien de l’Environnement.

Des scientifiques américains du North Pole Environmental Observatory (NPEO) ont relevé que le mercure avait brusquement grimpé ces deux derniers jours, passant de -37°C lundi, à -8°C mercredi, sur une balise dans l’Arctique située à environ 300 km du Pôle Nord.

L’Arctique est la région du globe la plus affectée par le réchauffement climatique, avec des températures dorénavant supérieures à trois degrés minimum par rapport à l’ère pré-industrielle, selon les instituts internationaux.

0 commentaires

Les mains : apaiser ses douleurs

Appuyez sur les points de votre main pour apaiser vos douleurs

main2

Points de votre main

Un médecin américain fut intrigué en 1910 par la façon dont les indiens d’Amérique luttaient contre la douleur. Il avait remarqué que les Indiens massaient des points situés sur la paume des mains et sur la plante des pieds, points que nous appelons aujourd’hui « zones réflexes »

Comme pour l’acupuncture, le massage des zones réflexes repose sur la constatation que l’énergie vitale passe par certains canaux. Normalement, l’énergie circule librement, mais en cas de stress, de douleur ou de maladie, le flux énergétique ralentit ou se bloque.

Le massage des zones réflexes peut rétablir la circulation du flux énergétique. Voici 3 zones des mains importantes et faciles à masser et que l’on peut faire partout : en marchant, couché, en réunion de travail, dans son bain, à la messe devant un sermon trop long, dans une réunion de famille, à l’école… Commencer toujours par la main droite, respirer profondément et boire un grand verre d’eau.

points-de-votre -main

points de votre main

Voici une façon rapide et simple pour soulager la douleur sans vous gaver de médicaments bourrés de produits chimiques.

Lisez consciencieusement  les instructions suivantes et améliorez votre état en massant les points de votre main :

  1. Localisez le point sur votre pouce qui est associé à la douleur dans votre corps. Appuyez dessus pendant 5 secondes.
  2. Relâchez la pression pendant 3 secondes.
  3. Appuyez de nouveau et répétez la même étape pendant plusieurs minutes.
  4. Faire cela au moins une fois par jour et vous vous sentirez beaucoup mieux dans une semaine.

Les Maldives / L'envers du décor ...

Les 600.000 touristes qui débarquent chaque année dans les hôtels de luxe l'ignorent : l'archipel est une jeune démocratie avec beaucoup de soucis.

Une Capitale à Fleur d'Eau.

Malé, la capitale de cet archipel de l’océan Indien, n’est protégée des vagues que par une digue de béton. Tout le pays est à fleur d’eau et donc particulièrement vulnérable à la montée du niveau de la mer.

Malé, la capitale du pays, est la ville la plus densément peuplée du monde. Malé, deux kilomètres de long, un de large et… 120.000 habitants.

Un deux-pièces s’y loue un peu plus de 1000 euros par mois et, en moyenne, chaque appartement accueille sept personnes.

Aux Maldives, il y a l’île-poubelle, l’île-prison, l’île-centre de désintoxication… Ainsi, à deux heures de bateau de Malé, sur l’île-prison Maafushi, sont enfermés 540 prisonniers, la grande majorité pour des crimes et délits liés au commerce de stupéfiants.

Bombe Toxique

Vue aérienne de Thilafushi (->), l'île où sont versées les ordures de Malé et de la région. Dans cette île-poubelle, bombe toxique dans l’océan, règne un silence de mort.

Même les oiseaux ont déserté. Des troupeaux de chèvres errent sur les collines de déchets, plus de 300 tonnes y arrivent chaque jour par bateau.

Ce sont des immigrés du Bangladesh qui traitent les 300 tonnes d’ordures acheminées chaque jour depuis Malé et ses environs, jusqu’à Telafushi, l’île-poubelle. Ils ne gagnent que 43 euros par mois, alors que le salaire minimal légal est à 114, mais ils se font des bonus en revendant le métal trouvé. Le reste est brûlé, jour et nuit, les batteries, les appareils électriques, l’amiante… Lorsque le vent souffle d’ouest en est, Malé respire l’odeur chargée de métal et de dioxine. "Nous allons éteindre ce feu", a promis le président de la République.

H.Luczak, Photos P.Maitre - GEO

Varicelle et gastro ...

Fort taux de varicelle en Rhône-Alpes pour Noël, la gastro s'installe

 

1 / 6

 

Dans son bulletin hebdomadaire, le Réseau sentinelles établit un bilan et une prévision des risques viraux sur le territoire français.

À l'approche des fêtes de fin d'année, c'est la varicelle qui est la plus répandue, en France. Le Réseau dénombre onze foyers importants, dont les régions Rhône-Alpes et Paca. Pour la première, 48 cas sont signalés pour 100 000 habitants (4ème région la plus touchée), contre 25 en Paca. L'Isère et la Haute-Savoie sont particulièrement concernées, jusqu'à 77 cas pour 100 000 habitants. 

Hiver oblige, la gastro-entérite pointe elle aussi le bout de son nez. Bien que considérée comme "faible" par le Réseau Sentinelles, elle est présente sur tout le territoire rhônalpin. Entre 60 et 90 cas, pour 100 000 habitants, sont recensés dans nos départements, à l'exception de l'Ardèche, qui compte environ 200 cas. En Paca, seules les Hautes-Alpes sont épargnées. 

Quant aux syndromes grippaux, ils sont encore faibles, les plus forts taux (74 cas pour 100 000) sont enregistrés en Isère en Haute-Savoie et dans la Drôme

NOTRE BLOG

Destinations préférées pour NOEL

Alors que 5% considèrent cette fête comme une corvée, d'autres sont ravis de savourer ce moment en famille et parfois dans un endroit loin de chez eux. Mais lequel?

figarofr: La plage plage,Andaman. Office National du Tourisme de Thaïlande© Office National du Tourisme de Thaïlande La plage plage,Andaman. Office National du Tourisme de Thaïlande

La traditionnelle bûche de Noël peut se déguster au-delà des frontières d'après 90% des Français. Le moteur de recherches de voyages Liligo a voulu savoir dans quel lieu de la planète les sondés aimeraient passer les fêtes de fin d'année. Pour 10% d'entre eux, leur maison est l'endroit le plus approprié pour savourer une dinde mais les autres se laissent à rêver d'évasion, de montagne et de soleil.

En effet, 38% des personnes interrogées ne seraient pas contre l'idée de partir à l'étranger (17% dans le village du Père Noël en Laponie, et également au Canada et New York, contre 16% sur une plage de sable blanc, dans une destination lointaine).

19% se projettent dans un chalet, un lieu cooning au cœur d'une station enneigée, pas forcément pour dévaler les pistes rouges ou noires mais pour avoir l'impression de passer un séjour féérique entouré de sapins et d'un paysage hors du commun.

Selon le site Opodo, les destinations ensoleillées qui arrivent en tête sont les Canaries, la République Dominicaine et la Thaïlande.

Cette dernière est toujours un pays très apprécié lors des vacances d'hiver. Ses îles, notamment Andaman, Phuket , Krabi ou Koh Samui sont réputées pour leurs plages et leurs nombreuses activités telles que la plongée, le snorkelling, le kayak (en particulier dans la baie de Phang Nga).

D'autres ont préféré découvrir le Maroc (Marrakech et ses souks,, Essaouira et son port de pêche)ou l'Italie, entre Rome l'incontournable et Venise la romantique.

Par ailleurs, il est à noter qu'au Portugal, Madère enregistre la plus importante progression (+60%), contrairement à la Turquie et la Tunisie (au-delà de 50%) par rapport à l'année dernière.

*Sondage réalisé du 23 au 30 novembre 2015 auprès de 2488 personnes en France.

 

AVS encourage les petites entreprises

Esthéticienne à domicile sur Grenoble

ou dans une cabine bien être à St Egrève

 

Spécialisée dans le maquillage mariée

Le temps d'une évasion

06.67.46.18.07

Le rituel de Mylène esthéticienne à domicile :

 

Laissez vous tenter par un moment de bien être en prenant soin de votre esprit et de

 

votre beauté, sans même vous déplacer ...

 

Laissez vous guider par mon savoir faire, et succombez à un instant privilégié ...

 

Je me rends à votre domicile, dans votre entreprise ou maison de retraite, pour que vous

 

puissiez vous évader en toute tranquillité ...

esthéticienne à domicile
esthéticienne à domicile

Quelques précisions sur l'esthétique à domicile ...

Je me déplace dans toute l'agglomération grenobloise pour vous apporter un moment

 

privilégié ou vous allez pouvoir vous soucier que de vous même.

 

Aucun frais de déplacement dans un large rayon d'intervention.

   

L'esthétique à domicile sera vous combler.

 

Pour plus de renseignement n'hésitez pas à me contacter .

Le temps d'une évasion
Le temps d'une évasion
0 commentaires

Sieste au travail ...

Osez la sieste au travail !

Faites la sieste !

Longtemps perçue comme un signe de fainéantise, la sieste au travail a pourtant prouvé son efficacité. Il n'apparaît donc plus comme farfelu de se poser cette question : la sieste peut-elle améliorer la productivité du salarié ? 

 

« L'homme passe une grande partie de sa journée à travailler pour gagner de l'argent. La nuit, il dort. Il reste alors peu de temps pour gérer les activités annexes comme s'occuper de ses enfants, faire les courses ou le ménage, explique Bruno Comby, auteur de Eloge de la sieste (éd. J'ai lu, 2005). On me le dit souvent : Mais comment voulez-vous que je fasse une sieste à la mi-journée alors que je cours tout le temps ? Ces gens font un mauvais calcul. Faire la sieste, nous fait gagner du temps sur notre nuit de sommeil à venir. En moyenne, pour 30 minutes de sieste, vous gagnerez un cycle de sommeil, qui correspond environ à une heure et demie. Faire la sieste doit être vu comme un investissement ».

 

Pour ce polytechnicien, le repos est un « besoin fondamental » pour l'homme. Il y a quelques années, il a ouvert un institut pour prévenir et améliorer la santé des individus et des entreprises. Il y schématise la vie comme « une alternance de périodes de repos et d'activités ». L'important étant alors d'« harmoniser » l'alternance de ces épisodes. 

 

Plusieurs études lui donnent raison. Celles-ci ont établi un lien entre la sieste et l’augmentation des performances cognitives et psychomotrice. Les personnes pratiquant la sieste seraientt ainsi plus dynamiques et créatives. « La sieste dure en moyenne quinze minutes, sa durée dépend des besoins de chacun. Mais il faut privilégier des siestes courtes, car s’endormir plus longtemps provoque un réveil difficile et parfois même des insomnies les nuits suivantes », met en garde Eric Mullens, médecin généraliste spécialiste du sommeil et membre de la Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil (SFRMS) et de l'American Academy of Sleep Medicine (AASM).

 

 

 

 

« Ce n'est pas la sieste qui est importante, c'est le manque de sommeil qui est dangereux »

 

 

La somnolence due à un manque de sommeil reste problématique chez les Français, dont le temps de sommeil moyen est de 6h55. Plus grave, ils sont un tiers à dormir moins de 6 heures. C'est ce que révèle l'enquête parue à l'occasion de la 14e journée du sommeil (qui s'est tenue le 28 mars dernier). Pour le docteur Eric Mullens, c'est un véritable problème : « il a été démontré en 2012 par la Haute autorité de santé que dormir moins de 6 heures durant la nuit pouvait entraîner des complications du type dépression, hypertension ou même diabète. » 

 

Pour ce spécialiste du sommeil, la sieste n'est toutefois pas le remède miracle : « C'est le manque de sommeil qui peut présenter un impact grave. L'individu perd en attention et commet des erreurs. La sieste vient uniquement corriger ça. Ce n'est pas la sieste qui est importante en soi, c'est le manque de sommeil qui est dangereux » complète-t-il.

 

 

Eee
easel.ly

 

Résultat : certains employés ressentent de la fatigue pendant leur journée de travail. Selon l’Institut national du sommeil et de la vigilance, 19% des salariés français avouent s’assoupir en cachette au bureau.

 

Parmi eux, Richard. Ce jeune homme de 25 ans est responsable des agents-facteurs à La Poste. Il travaille entre 6 heures et 14 heures. Mais dormant souvent peu la nuit, il connaît un coup de barre vers 11 heures. Quand la fatigue le submerge, il décide alors de se reposer à l’abri des regards. Où ? « Aux toilettes ! », confie-t-il. « Travaillant en open space, je ne peux pas m’endormir devant mes collègues. J’ai donc du trouver un endroit où être seul pour m’endormir une vingtaine de minutes », explique le jeune homme. Pour lui, cette micro-sieste est bénéfique. Il se sent plus efficace et moins stressé après s’être reposé. 

 

Dans une étude réalisée par le cabinet de recrutement luxembourgeois Robert Half, et rendue publique au mois de juillet 2014, 17 % des directeurs ou responsables administratifs et financiers estiment qu'une sieste d'au moins 20 minutes est acceptable et 47 % d'entre la considèrent comme envisageable. Pour le docteur Eric Mullens, « peu importe si on dort ou non, 20 minutes de repos suffisent, à partir du moment où l'on déconnecte totalement. » Dans les faits, des grandes sociétés ont oeuvré, comme Google qui a installé un espace de relaxation pour ses salariés.

 

De rares initiatives en France

 

La pratique de la sieste au travail reste pourtant marginale en France. Quelques entreprises ont décidé de franchir le pas. Fin 2013, la société de fabrication de produits biologiques Léa Nature (450 salariés), installée à Périgny dans la banlieue de la Rochelle, s’est ainsi convertie à la sieste. Un espace lui a été dédié. « Il s’agit d’une salle « zen » composée de quatre transats accompagnés de matelas. Le sol est en parquet, l’atmosphère tamisée, la lumière douce, comme la musique. Tout cela pour favoriser le repos », décrit Mireille Lizot, responsable du service de communication.

 

L’entreprise compte 64% de femmes. Parmi elles, des jeunes mamans et des femmes enceintes. Dormant peu la nuit, celles-ci ont besoin d’un temps repos à leur travail, elles ont donc émis l’idée d’une « salle zen » au sein de leur entreprise. Ce projet a été facilement accepté par les comités de direction et d’éthique de l’entreprise.

Ainsi, pendant quinze minutes, les employés du Léa Nature ont le droit de se reposer dans la pièce dédiée à la sieste. « Mais ce repos est compté dans leur temps de pause. On ne paie pas nos salariés à faire la sieste », se défend Mireille Lizot. L'entreprise a constaté les bienfaits de l’installation de « la salle zen ». Après leur  repos, les employés sont plus efficaces. Seule difficulté : la pièce est excentrée, tous les salariés n’y ont donc pas accès ou alors doivent marcher longtemps avant de l’atteindre. 

 

D’autres sociétés françaises ont également aménagé une salle de repos au sein de leur entreprise. Notamment Novius, une agence lyonnaise de création de sites web. Son PDG, Anthony Martin-Bleton, en est l’instigateur. Dormant fréquemment à son travail, il a décidé de créer une salle de sieste. Cette pièce peut accueillir jusqu’à quatre employés. A Neuilly-sur-Seine, l’entreprise de conseil et d’audit Pwc (Pricewaterhouse) s’est également laissée séduire. Elle a créé une pièce baptisée « PwCool ». Au programme : détente avec des fauteuils relaxants et des massages.  

 

 

empty
Pour voir cette infographie en plus grand, cliquez ici

 

La sieste encore taboue 

 

Reste que, toujours d'après l'étude pour le cabinet Robert Half, 36 % des interrogés estiment qu'instaurer un temps de repos au travail est « farfelu » et que ce choix « relève plus d'un jugement de valeur que d'une conviction arrêtée. » Pour Philippe Cabon, ergonome et chercheur à l'université Paris-V Descartes, « La sieste est encore trop souvent associée à la flemmardise» 

 

Cet avis est partagé par Nicolas Oliveau. Ce jeune homme a créé il y a cinq ans la société Sixta. Pour sensibiliser les entreprises aux bienfaits de la sieste. Elle donnait des conseils aux firmes pour augmenter leur productivité en agissant sur la fatigue et la somnolence des salariés. Elle réalisait également des audits au sein des entreprises afin d’y mettre en place la pratique de la micro-sieste. Sur demande, Sixta pouvait aussi aménager des espaces de repos (nommés siesteria) au sein des sociétés. « Cela ne coûtait pas très cher, une pièce de repos n’est pas quelque chose d’extravagant.  L’entreprise payait entre 1000 et 1500 euros », affirme Nicolas Oliveau.

 

Mais aujourd’hui, l’entreprise Sixta est « dormante ». « Il y avait des prestations de services mais pas suffisamment », déplore son ancien directeur.  Pour celui-ci, une des raisons de l’échec de son entreprise : « La sieste est encore aujourd’hui taboue en France. » Pourtant, Nicolas Oliveau ne met pas de côté la possibilité de relancer son entreprise, mais ce n’est pas à l’ordre du jour. Le jeune homme est optimiste. Il constate une évolution et une tendance à prendre de plus en plus au sérieux la sieste. 

 

Le droit à la sieste inscrit dans la Constitution chinoise

 

Car ailleurs, c'est tout à fait accepté. Globalisation oblige, la sieste au travail se généralisera peut-être aussi au sein de l’hexagone. En Chine, le droit au « xiu-xiu » ou « sieste » est inscrit dans la Constitution. En Australie et en Nouvelle-Zélande, la « gestion du risque fatigue »est prise en compte. Une étude menée auprès de routiers entre 2008 et 2011 montre que l'absorption de caféine réduisait de 63 % les risques d'accidents. Pourtant l'étude précisait que cela « devait être envisagé dans une stratégie saine de gestion de la fatigue. Les boissons énergisantes et le café ne remplacent pas le sommeil. »

 

Même si les pays européens apparaissent en retard dans ce domaine, certaines initiatives tentent d'inverser le processus. Ainsi en 2013, a ouvert en plein quartier de l'Opéra à Paris, un bar à sieste, où les nombreux employés de bureau qui peuplent le quartier peuvent venir se relaxer durant la pause déjeuner. Depuis, l'endroit ne désemplit pas et de plus en plus de PME ou de grosses sociétés comme Microsoft ont invité leurs salariés à s'y reposer. « Avec le temps, on note un gain d'efficacité chez les salariés, souligne Bruno Comby, et surtout notre état d'esprit est meilleur. Finies les petites frictions entre membres du personnel. C'est original mais faire la sieste permet aussi d'améliorer les relations humaines. » A condition de ne pas ronfler !

 

 

Julien Rebucci et Nicolas Erculiani

 

 

La sieste chez nos voisins européens

 

Conséquence de la crise économique, la siesta espagnole a vu son temps fondre comme neige au soleil. Dans une étude menée en 2009, seulement 16% des Espagnols déclarait encore la pratiquer. En Allemagne à l'inverse, son instauration semble se transformer en combat syndical. Pour rappel en 2010, la chancelière Angela Merkel avait tancé les pays d'Europe du sud au sujet de leur prétendu manque d'assiduité. Enfin, dans les pays scandinaves, le relaxation, la détente et donc la sieste font partie intégrante du mode des vie des habitants.

 

 

 

La sieste au bureau dépend du climat social de l'entreprise

 

« Pour dormir au travail, il faut une ambiance sereine au sein de l’entreprise », affirme Laurent Buob. Le PDG de l’entreprise Leblon-Delienne, spécialisée dans la fabrication de statuettes en résine à l’effigie des personnages de BD à Neufchâtel-en-Bray, témoigne de sa propre expérience. En 2006, revenant d’un voyage au Japon, où la sieste est courante, l’ancien dirigeant, Eric Delienne, a décidé de créer un espace de repos dans sa société. A la sortie de la cantine, la moitié de la quarantaine de salariés se précipitait vers le showroom dédié à la sieste, c’était un réel succès. Mais aujourd’hui, cette pièce n’existe plus. Leblon-Delienne a dû faire face à un plan social et a réduit ses effectifs de moitié. Son PDG actuel, Laurent Buob, a déposé le bilan et l’entreprise a été placée en liquidation judiciaire. Avec tous ces problèmes, la société a décidé de mettre fin à la pièce de repos. Pourtant, elle ne coûtait pas très cher à entretenir. « Mais l’ambiance au sein de l’entreprise était morose. Les salariés n’avaient plus envie de se reposer. C’est comme quand on est en surpoids, on n’a pas envie de faire de sports… », déplore Laurent Buob. Pourtant, le dirigeant de l’entreprise constatait de nombreux avantages à cette salle de repos : « Après leur sieste, les employés avaient plus d’énergie, plus de moral et devenaient donc plus efficaces ».

0 commentaires

Soutien aux commerces de GRENOBLE

La Métropole de Grenoble vote la mise en place de plusieurs mesures pour soutenir le commerce

La Métropole a voté, vendredi 18 décembre, pour la mise en place d'une initiative de soutien aux commerces de Grenoble. Elle devrait venir aider ce secteur en difficulté dès le mois de janvier, alors que la rupture est consommée, depuis plusieurs mois, entre la ville et ses commerçants.

  • France 3 Alpes
  • Publié le 18/12/2015 | 16:08, mis à jour le 18/12/2015 | 16:08
Les sommes versées aux commerces de Grenoble dans le cadre de la délibération du conseil métropolitain pourraient atteindre 6 000 euros par enseigne. © France 3 Alpes

© France 3 Alpes Les sommes versées aux commerces de Grenoble dans le cadre de la délibération du conseil métropolitain pourraient atteindre 6 000 euros par enseigne.

Le conseil de la Métropole de Grenoble a débattu, lors de sa séance du vendredi 18 décembre, d'une délibération-cadre de "soutien aux secteurs du commerce de l'artisanat et des services". Les orientations du projet ont été adoptées, en attendant que des actions spécifiques soient décidées.

Chez nos confrères du Dauphiné libéré, le conseiller délégué à l'artisanat, au commerce et aux PME, Guy Jullien, résume ainsi les grands axes du projet : "travailler dans le Plan local d'urbanisme intercommunal (PLUI) à ce que le commerce trouve toute sa place. Avoir des outils d'analyse et s'appuyer sur un état des lieux. Commercialiser les locaux commerciaux de la Métropole, et avoir une politique d'acquisition : nous venons ainsi d'acheter les murs du dernier tabac-presse au Sappey-en-Chartreuse".

Grenoble: la Métro propose de soutenir le commerce
Grenoble : la Métropole vote le soutien au commerce


Il s'agira également de "mettre en place un dispositif d'aides directes à l'investissement des commerçants." Les sommes versées aux commerces devraient aller de 3 000 à 6 000 euros, voire plus. D'ici la fin du mandat, la Métropole devrait consacrer 2 400 000 euros en tout à ces actions de soutien. "Il y aura une délibération en janvier, avec bien sûr des critères pour obtenir ces aides : modernisation du commerce, accessibilité, amélioration environnementale, etc.", précise Guy Jullien.

A Grenoble, les griefs des commerçants et artisans de la ville à l'égard des élus se sont multipliés ces derniers mois. En octobre, ils dénonçaient la "dégradation" de l'image de la ville, la "baisse de la fréquentation" de ses commerces, et critiquaient les prises de décisions de la mairie, qu'ils considéraient comme unilatérales. Une campagne d'affichage, dans laquelle ils dénonçaient l'insécurité et les problèmes de propreté de la ville, avait également été lancée.

0 commentaires

GRIPPE

Même si l'hiver se fait attendre, la grippe est quand même fidèle au rendez-vous. Pour se prémunir des risques d'infection du virus, il est encore temps de se faire vacciner rappellent les autorités sanitaires françaises.

Grippe : il est encore temps de se faire vacciner

Le bilan de l'hiver 2014-2015 a été lourd. Le virus de la grippe a provoqué une hausse de la mortalité de 19% et un surcoût de 80 millions d'euros pour la Sécurité sociale. Elle a donné lieu à 2,9 millions de consultations, mais surtout à 30 000 passages aux urgences suivis de plus de 3 000 hospitalisations, et à près de 1600 cas graves admis en réanimation.

A ce titre, la Direction générale de la santé, la Cnamts, l'Institut de veille sanitaire (InVS) et l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) rappellent dans un communiqué  que la vaccination est le meilleur moyen de prévention pour se protéger contre la grippe et en limiter les complications.

La campagne de vaccination contre la grippe s'adresse aux 10 millions de personnes qui doivent être protégées et qui, à ce titre, peuvent bénéficier de la prise en charge à 100% du vaccin : ce sont les personnes âgées de 65 ans et plus, les personnes atteintes de certaines maladies chroniques, les femmes enceintes.

Les bons réflexes contre la grippe

Les antibiotiques sont inefficaces face aux virus. Ils ne sont donc d'aucune utilité pour soigner les rhumes et la grippe.

Pour se protéger des virus de la grippe, lavez-vous régulièrement les mains, avant de manger, ou après avoir pris les transports en commun. Pour protéger les autres, il est aussi conseillé d'éternuer dans un mouchoir, que vous jetterez ensuite à la poubelle. Si vous êtes touchés par la maladie, il est conseillé de rester au chaud dans votre lit et de vous hydrater. Pour faire baisser la fièvre si elle dépasse 38,5°C, prenez 1 à 2 comprimés de paracétamol à 500 mg par prise (même si une étude récente remettait en cause l'intérêt du paracétamol contre la grippe), à renouveler en cas de besoin au bout de 4 h minimum, sans dépasser 3 g par jour.

Pour écourter les symptômes, vous pouvez vous faire prescrire un antiviral (Relenza, Tamiflu). Pour être efficaces, ils doivent être pris dans les 48 h qui suivent l'apparition des premiers symptômes.

0 commentaires

Actualités santé 18/12/2015

Le Parlement a adopté définitivement ce jeudi, par un ultime vote de l’Assemblée et dans une ambiance houleuse, le projet de loi Santé. Tour d’horizon des principales dispositions du texte.

Le Parlement a adopté définitivement ce jeudi, par un ultime vote de l’Assemblée et dans une ambiance houleuse, le projet de loi controversé sur la Santé, qui prévoit le paquet neutre de tabac obligatoire en mai 2016 et une généralisation du tiers payant en 2017. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a défendu un texte de « lutte contre les inégalités », « contre l’immobilisme et la résignation », face à un baroud d’honneur de la droite, qui a une nouvelle fois défendu buralistes et médecins libéraux, opposés à ces deux mesures phares.

Manifestation de médecins

A l’appel du « Mouvement pour la Santé de tous », quelques médecins s’étaient rassemblés dans la matinée à proximité de l’Assemblée pour dénoncer une loi « liberticide », a constaté une journaliste de l’AFP. Ils ont déposé des chrysanthèmes au sol, en « hommage » à la médecine libérale, derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire « honte ».

Le texte de « modernisation » du système de santé, dont la présentation en Conseil des ministres remonte à l’automne 2014, a été approuvé par les socialistes, radicaux de gauche et écologistes, tandis que les élus Les Républicains, UDI et la plupart du Front de gauche ont voté contre, à main levée. Le groupe LR a annoncé qu’il allait saisir le Conseil constitutionnel.

« Paquet neutre » mis en place en mai 2016

Nouvelle définition du service public hospitalier, parcours éducatif en santé, logos sur la qualité nutritionnelle des aliments industriels, interdiction de l’emploi de mannequins trop maigres ou encore expérimentation de salles de consommation de drogue à moindre risque, dites « salles de shoot », et suppression du délai de réflexion pour les femmes souhaitant une IVG: le projet de loi comporte diverses mesures. Tour d’horizon :

- Généralisation du tiers payant. Cette mesure, qui permettra au patient à partir du 30 novembre 2017 de ne plus avancer les frais de consultation, est vivement dénoncée par les professionnels du secteur qui entendent continuer à le combattre, y compris par la grève.

- Mise en place en mai 2016 des « paquets neutres » de cigarettes, sur lesquels apparaîtront des photos d’organes endommagés par le tabac, la marque étant écrite en petits caractères. Les buralistes français ont eux aussi mené des grèves et des manifestations pour exprimer leur opposition.

- Création à titre expérimental, pour une durée de six ans, de « salles de shoots », ainsi que la suppression du délai de réflexion de sept jours pour une interruption volontaire de grossesse (IVG).

- Maintien, contre l’avis du gouvernement, d’une disposition introduite par le Sénat qui assouplit la loi Evin relative à la publicité des boissons alcooliques en permettant « l’information oenologique », comme demandé par les viticulteurs. La présidente de la commission des Affaires sociales de l’Assemblée, Catherine Lemorton (PS), a répété dans l’hémicycle son opposition à cet assouplissement. « La loi Evin était un équilibre » et elle est « mise à mal », a-t-elle déploré, à l’unisson de nombreux spécialistes des addictions.

- Renforcement de la lutte contre l’anorexie, notamment chez les mannequins, en soumettant cette activité au respect d’un indice minimum de masse corporelle (IMC). En revanche, avec l’accord du gouvernement, une mesure introduite en première lecture par l’Assemblée a été supprimée qui créait un délit d’incitation à la maigreur excessive visant principalement les sites internet dits « pro-anorexie ».

- « Droit à l’oubli » pour les personnes ayant eu un cancer afin de permettre à ces anciens malades de souscrire un prêt bancaire ou un contrat d’assurance sans subir de pénalités.

* Possibilité pour les victimes de médicaments de se joindre à une action collective introduite par une association agréée, une procédure pour l’instant permise uniquement en matière de consommation.

L'HUITRE : un trésor de bienfaits nutritionnels

 

C'est au moment des fêtes que les Français en mangent le plus. Un mets que l'on apprécie pour sa saveur iodée et sa chair délicate. Autres atouts : son faible apport calorique et sa richesse en minéraux. Nos conseils pour la choisir, la conserver et la préparer.

Les huîtres restent un aliment incontournable sur les tables de fêtes en fin d'année. Et cela tombe bien, car les meilleurs mois pour la déguster sont ceux en "R", de septembre à avril. Bien sûr, les fervents amateurs peuvent en profiter toute l'année.

Deux types d’huîtres comestibles

Qu'elle soit petite, moyenne ou de grande taille, plate ou creuse, l'huître renferme une chair délicate, plus ou moins consistante. Ce corps luisant est doté le plus souvent d'une couleur blanc-gris, mais il peut aussi être vert.

On distingue deux types d’huîtres comestibles :

  • l'huître plate dispose d’une chair tendre, et ses saveurs d'iode et de sel sont très prononcées en bouche. Elle se caractérise par sa forme ronde et pèse de 20 g à 100 g, voire plus.
  • l'huître creuse possède une chair blanche, grise ou verte (la fine de claire verte) et pèse de 30 g à 150 g, voire plus.

Un aliment maigre mais nourrissant

Si vous êtes au régime, n’ayez pas peur des huîtres ! « Pour une douzaine de ce mollusque, comptez 100 kcal et seulement 3 g de lipides (graisses) », explique le Dr Patrick Serog, nutritionniste à Paris.

Et si l’huître contient des lipides, ils constituent pour la plupart des acides gras insaturés (oméga-3). Ces bonnes graisses permettent de réduire le taux de mauvais cholestérol et vous protègent ainsi des maladies cardiovasculaires. Les huîtres peuvent être classées parmi les aliments les moins riches en cholestérol car elles en contiennent entre 35 et 50 mg aux 100 g.

« L'huître est un aliment maigre, mais nourrissant. Huit huîtres fournissent environ 11 g de protéines », indique le Dr Serog.

Une grande richesse en minéraux et en vitamines

L’huître est également très riche en minéraux et en oligoéléments. Elle fournit notamment du phosphore (95 mg/100 g), un minéral qui donne de l'énergie et contribue à la bonne santé des dents et des os, et du fer (2,1 mg/100 g), utile pour prévenir l'anémie.

Elle offre également de bons apports en cuivre (1,4 mg/100 g), en calcium (77,9 mg/100 g) et en zinc (26,8 mg/100 g). Ce dernier oligoélément aide notamment à stimuler les défenses immunitaires.

A ces nutriments s'ajoute une forte teneur en vitamines, particulièrement celles du groupe B.

L'huître est toutefois déconseillée en cas d'insuffisance cardiaque ou rénale sévère  (contre-indication absolue) et si le médecin vous a prescrit un régime contrôlé en sel.

Bien choisir ses huîtres

Au moment de l’achat, vérifiez bien que la bourriche porte une étiquette sanitaire mentionnant la provenance, le nom du producteur et la date de conditionnement.

Pour les huîtres creuses, quelles que soient leur provenance et leur taille, il existe deux indices de qualité : "fines" et "spéciales". A ces deux variétés s’ajoutent les fines de claires et les spéciales de claires, qui sont immergées en claires (anciens marais salants) avant leur commercialisation.

Que signifie l'indice de remplissage ?

Ces appellations "fines" ou "spéciales" répondent à des critères bien précis. Le plus important est l'indice de remplissage (ou indice de chair), qui indique le rapport en pourcentage entre la masse de chair égouttée et le poids total de l’huître.

L’indice de remplissage des huîtres fines est compris entre 6,5 et 10, ce qui signifie que 6,5 à 10 % de leur poids est constitué de chair.

Les spéciales sont les plus charnues avec un indice supérieur à 10,5. Les fines de claires sont immergées en claires au moins un mois, avec une densité de 40 huîtres au mètre carré ; les spéciales de claires sont immergées au moins quatre mois avec une densité de 5 à 10 huîtres au mètre carré.

Un label rouge existe

Les fines de claires vertes et pousses en claires bénéficient d'un label rouge grâce à leur qualité supérieure. Pour le mériter, elles sont soumises à des normes de contrôle exigeantes : leur immersion en claires est rigoureusement définie par un cahier des charges.

Elles doivent également correspondre à un index de forme prenant en compte leur longueur, leur largeur et leur épaisseur.

Des numéros pour définir les calibres

« Les numéros (de 0 à 5 pour les huîtres creuses et de 000 à 6 pour les plates) correspondent au calibre de l’huître, informe Nicolas Brossard, responsable qualité de la section régionale conchylicole de Marennes-Oléron. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, plus le numéro est élevé, plus les huîtres sont petites. Pour les creuses, le calibre 0 indique que l’huître pèse 150 g et plus, tandis qu’un calibre 5 correspond à un poids compris entre 30 g et 45 g. Les huîtres plates numéro 000 ont un poids supérieur à 125 g, une numéro 6 pèse environ 20 g.»

Les huîtres, lors de l’achat, doivent être lourdes ; cela signifie qu’elles ont gardé leur eau. Vérifiez qu’elles sont fermées et intactes, preuves qu’elles sont encore vivantes. Toutefois, si vous trouvez une huître ouverte, frappez-là : si elle est fraîche, elle se refermera. Autre gage de fraîcheur, la résistance de l’huître à l’ouverture.

Comment conserver et préparer les huîtres ?

Pour garder intacts leurs arômes, conservez les huîtres quatre à cinq jours après leur date d'expédition. Au-delà de dix jours suivant leur sortie de l’eau, les huîtres peuvent provoquer de sérieuses intoxications alimentaires.

Une température de 4 à 5 °C

« Il est important de les maintenir à une température de 4 à 5 °C, précise le Dr Serog. Glissez-les dans un sac humide, au garage ou à la cave ; évitez de les garder au réfrigérateur car il les dessèche. »

Si vous voulez profiter pleinement de la saveur de vos huîtres, placez-les, partie creuse en dessous, afin que leur eau ne s’échappe pas. Ne les posez jamais sur de la glace car celle-ci détruit leurs arômes.

Les huîtres : cuites ou crues ?

Servez-les fraîches (environ 8 °C), présentées sur un lit d'algues ou de gros sel. Le plus souvent, les huîtres consommées crues sont arrosées de jus de citron ou de vinaigre d’échalotes.

Toutefois, évitez de les noyer sous des préparations trop acides ou fortes en bouche car leur saveur pourrait être altérée. Vous pouvez accompagner ces mollusques d’un morceau de pain de seigle beurré.

Si vous êtes particulièrement sensible aux désordres intestinaux, préférez-les cuites : les huîtres peuvent en effet renfermer des bactéries responsables de diarrhées et de douleurs abdominales.

Ne pas les faire cuire plus de 10 minutes

Les huîtres se prêtent à toutes sortes de préparations chaudes, à condition de ne pas les faire cuire plus de 5 à 10 minutes. A la vapeur, au four, en potage, sur la braise, pochées dans leur jus, cuites en brochettes au feu de bois … il existe mille et une façons de savourer les huîtres pour en apprécier leurs arômes.

Ce mollusque peut s’accompagner de vin blanc sec (chablis ou muscadet, par exemple), mais aussi de certains vins rouges faibles en tanins et en acidité. L’idéal reste le champagne, surtout si vous cuisinez vos huîtres avec une sauce du même goût.

Pour découvrir des idées originales de recettes, vous pouvez consulter le site des Huîtres Marennes Oléron. Quelques idées pour mettre vos papilles en émoi : huîtres au poivron confit et au lard, huîtres chaudes au sabayon de verveine et champagne…

Sources :
- Comité national de la conchyliculture (CNC).
- Composition nutritionnelle des produits aquatiques.

0 commentaires

Concilier vie privée - travail et activité physique

Un sondage réalisé à l’occasion de la Journée de la femme montre que les femmes sont moins nombreuses que les hommes à pratiquer une activité physique, en particulier entre 35 et 44 ans. Concilier famille, vie professionnelle et activité physique n’est pas facile.

Faut-il encore s’étonner qu’entre 35 et 44 ans, 47% des femmes ne pratiquent aucun sport contre 40 % des hommes (1) ? Entre les enfants, le conjoint, le travail, les courses, le ménage, on comprend facilement que trouver du temps pour soi n’est pas facile. Car les choses ne changent pas beaucoup, ou pas assez vite.

« Conjuguer vie familiale et vie professionnelle reste toutefois une priorité fortement assignée aux femmes », confirme l’enquête du Credoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) réalisée entre décembre 2014 et janvier 2015 et rendue publique aujourd’hui (2).

Pour réussir néanmoins à glisser quelques minutes de sport dans votre journée, choisissez avant tout des activités que vous aimez. Voici d’autres conseils pour introduire un peu plus de mouvement dans votre quotidien.

1. Commencez par des périodes de 10 minutes, beaucoup plus faciles à "caser" dans votre emploi du temps. Et donc à tenir. Une fois que l’habitude sera prise, augmentez progressivement la durée à 15 ou 20 minutes, ou répétez la session de 10 minutes une deuxième fois dans la journée.

2. Choisissez un créneau horaire selon que vous êtes plutôt du matin ou du soir, ou, si vous en avez la possibilité, entre 12h et 14 h. N’y dérogez pas, au moins au début. En créant une habitude, vous habituez votre corps à l’activité et vous vous facilitez la vie. Dans ce domaine, il est en effet plus facile de suivre une routine.

3. Sur l’heure du midi, pendant la pause déjeuner, faites une petite marche avec un collègue.

4. A la maison, bougez avec vos enfants. Danse, ping-pong ou handball, petite balade en trottinette ou en vélo…, les possibilités sont nombreuses. Vous faites en plus coup double, puisque vous passez également du temps avec eux. Vos enfants sont adolescents ? Une autre solution est de vous inscrire, eux et vous, au même complexe sportif. Vous éviterez ainsi les allers-retours chronophages et pendant qu’ils suivent leur cours de zumba ou de boxe, vous pourrez nagez, faire du yoga ou suivre votre propre cours de fitness.

5. Faites au moins une course par jour à pied : boulangerie, épicerie, coiffeur, poste, shopping… Ce qui compte, c’est d’augmenter son nombre de pas !

(1) Baromètre annuel Sport Santé 2015 de la Fédération française d’éducation physique et de gymnastique volontaire.

(2) Note de synthèse mars 2015, Credoc, Une société qui aspire à plus d’égalité entre les femmes et les hommes, Lucie Brice, Émilie Daudey et Sandra Hoibian.

0 commentaires

Tiers payant : les médecins toujours en colère ...

La colère des professionnels de santé contre la généralisation du tiers payant, qui devrait être adoptée cet après-midi par les députés, ne retombe pas. La fédération des médecins de France se dit prête à ne pas l'appliquer.

NOUVEAU PARTENARIAT

AVS TÉLÉSECRÉTARIAT VOUS INFORME DE SON PARTENARIAT AVEC ALPES TÉLÉSECRÉTARIAT vous assurant ainsi une plus grande présence et disponibilité tout au long de l'année.

Les atouts d'A.V.S.

Nous bannissons les forfaits alléchants où en finalité l'appel hors forfait est facturé plus d'1 €.

Nous privilégions la QUALITÉ à la QUANTITÉ.

(pas de turn-over du personnel chez AVS !)

Notre but est de fidéliser aussi vos patients, vos clients et comment mieux les connaître qu'en ayant toujours les mêmes interlocutrices depuis des mois voire des années ? Nous avons été les premières concernées ... quand nous souhaitions prendre un rdv avec notre propre médecin : une musique d'attente interminable, personne au bout du fil qui vous rassure au moins en vous indiquant d'une voix humaine qu'elle va vite vous reprendre ... et non pas ce maudit répondeur qui vous signale que toutes les lignes sont occupées : veuillez rappeler ultérieurement ! Après plusieurs tentatives et rencontrant cet énorme souci de communication, nous avons changé de médecin ! Et avons donc fait le choix de privilégier au sein de notre petite structure la qualité de nos services et surtout le côté humain !

OFFRE DE STAGE COMMERCIAL

Notre activé est en pleine expansion : vous recherchez un stage commercial sur le terrain ?

dans l'ISERE

Nous contacter par mail contact@avs-secretariat.com

TRAVAUX DE SECRÉTARIAT

Vous êtes débordés ? Notre service de secrétariat juridique prend en charge la rédaction de tous vos actes juridiques (conclusions, assignations, requêtes, etc ...) régulièrement ou occasionnellement en respectant vos délais et la confidentialité de votre métier (A DISTANCE ou sur demande, nous pouvons nous déplacer). Nous effectuons également tous travaux de secrétariat : devis, factures, courriers, thèses, mémoires, manuscrits, etc ... TARIFS PRÉFÉRENTIELS en fonction de VOS SEULS BESOINS.

0 commentaires

Comment hésiter ?

Vous avez plus d'une centaine d'appels par mois ? Nos tarifs s'ajustent selon VOS SEULS BESOINS entre 0.65 cts et 0.75 cts par appel entrant ! Pour une présence NON-STOP de 07h30 à 20h00 ! Sans aucune charge pour votre structure ! Vous pouvez ainsi exercer votre activité sans être dérangé avec notre service de PERMANENCE TÉLÉPHONIQUE de taille HUMAINE !!!

OFFRES DE BIENVENUE

Profitez de nos offres de bienvenue : en permanence téléphonique régulière, nous vous offrons une journée d'appels par semaine les 3 premières semaines !

Pour tous travaux de secrétariat : 1 page sur 2 vous est offerte !

0 commentaires

Droit du travail ce qui va changer

Vous pourrez travailler 12 heures par jour

La situation aujourd'hui. La durée quotidienne maximale du temps de travail est de dix heures. Il existe des dérogations (dans les hôpitaux, par exemple), mais elles sont "accordées dans des conditions fixées par décret, autrement dit dans des cas très rares", rappelle Le Parisien.

Ce que prévoit l'avant-projet. Le temps de travail maximal pourra être porté de dix à douze heures "en cas d’activité accrue ou pour des motifs liés à l’organisation de l’entreprise", si "une convention ou un accord d'entreprise" le prévoit. 

Si vous êtes apprenti, vous pourrez travailler 10 heures au lieu de 8

La situation aujourd'hui. Les apprentis, dont les plus jeunes ont 15 ans, peuvent déjà travailler plus de huit heures par jour et plus de 35 heures par semaine si l'entreprise obtient l'accord de l'inspection du travail "après avis conforme du médecin du travail".

Ce que prévoit l'avant-projet. "A titre exceptionnel ou lorsque des raisons objectives le justifient, l'apprenti de moins de 18 ans peut effectuer une durée de travail quotidienne supérieure à huit heures, sans que cette durée puisse excéder dix heures. Il peut également effectuer une durée hebdomadaire de travail supérieure à trente-cinq heures, sans que cette durée puisse excéder 40 heures." 

Il suffira à l'employeur d'"informer" l'inspecteur du travail et le médecin du travail, sans avoir à demander l'autorisation. Les artisans en tension (imaginons les pâtissiers en période de fêtes) se priveront-ils de recourir si facilement à cette main d'œuvre payée 25% du Smic (366 euros) la première année ? Pas sûr. La protection des jeunes salariés est ainsi "affaiblie", signale à francetv info Emmanuel Dockès, professeur de droit du travail à l'université de Paris-Ouest Nanterre. 

Votre semaine pourra atteindre, de façon temporaire, 46 heures… voire 60

La situation aujourd'hui. La durée légale du temps de travail des salariés à temps complet est de 35 heures par semaine, et toute heure accomplie au-delà est une heure supplémentaire "qui ouvre droit à une compensation". Selon la loi, le temps hebdomadaire maximal moyen de travail ne peut excéder 44 heures, sur une durée de douze semaines au plus.

Ce que prévoit l'avant-projet. La durée légale du temps de travail reste de 35 heures par semaine. Quant au temps hebdomadaire maximal moyen de travail, il demeure fixé à 44 heures… mais sur seize semaines. Et cette durée peut être portée à 46 heures si la convention collective le prévoit. Enfin, la loi ouvre la possibilité pour l'autorité administrative de monter à 60 heures de travail au cours d'une même semaine, "en cas de circonstances exceptionnelles" .

Si vous êtes salarié dans une PME, le patron pourra plus facilement vous imposer un forfait-jour

La situation aujourd'hui. La hiérarchie doit négocier un accord d'entreprise avant de pouvoir appliquer à telle ou telle catégorie de personnel le "forfait-jour". Celui-ci permet de rémunérer certains salariés, notamment les cadres, sur la base d’un nombre de jours travaillés annuellement (une sorte d'échange de journées, éventuellement longues, contre des RTT).

Ce que prévoit l'avant-projet. Dans les entreprises de moins de cinquante salariés, le patron pourra conclure ce forfait-jour directement avec tel ou tel salarié, sans passer par un accord d'entreprise. En outre, le salarié au forfait-jour n'aura plus droit automatiquement à 11 heures de repos consécutives. Elles pourront être fractionnées.

Vos heures supplémentaires risquent d'être payées moins, et plus tard

La situation aujourd'hui. Au-delà de 35 heures, les heures supplémentaires sont majorées de 10%, et certaines branches professionnelles imposent un minimum de 25% de majoration.

Ce que prévoit l'avant-projet. Le plancher de 10% de majoration reste en vigueur, mais le taux de 25% minimum imposé par certaines branches professionnelles saute, explique Mediapart. Et, comme d'habitude, le diable se cache dans les détails : "Le paiement des heures supplémentaires, jusqu’ici annualisé, pourrait être reporté de deux années supplémentaires. Une partie de son salaire à crédit en somme", conclut le site. L'article L. 3121-40 du projet prévoit en effet que "les heures supplémentaires sont décomptées à l’issue [d'une] période de référence. Cette période de référence ne peut dépasser trois ans en cas d’accord collectif."

Vous aurez moins de recours en cas de licenciement économique

La situation aujourd'hui. En cas de litige, il appartient au juge d'apprécier les réalités économiques des entreprises qui licencient.

Ce que prévoit l'avant-projet. Les difficultés économiques justifiant des licenciements sont désormais précisées par l'article 30 bis. La liste est longue : "baisse des commandes ou du chiffre d'affaires pendant plusieurs trimestres consécutifs en comparaison avec la même période de l'année précédente", "pertes d'exploitation pendant plusieurs mois", "importante dégradation de la trésorerie", mais aussi "mutations technologiques" ou "réorganisation de l’entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité". 

Le juriste Emmanuel Dockès juge cette "prédétermination" des cas "inquiétante" parce qu'elle crée "une sorte d'automaticité. La perte d'exploitation peut justifier des licenciements, mais combien ? Dix pour cent du personnel ? Vingt pour cent ? Ce motif est désormais 'automatisé' comme raison valable, quel que soit le plan de licenciements." 

Il remarque aussi que les difficultés rencontrées par la filiale française d'un groupe international ne pourront plus être appréciées que dans le strict territoire national. "Si, par un jeu d'écritures, l'entreprise fait un petit déficit en France et des bénéfices ailleurs, par exemple dans sa filiale allemande, via des contrats déséquilibrés, il sera interdit au juge de le vérifier. Ce cadeau-là n'est pas pour les PME, mais pour les groupes internationaux." Même si le groupe est florissant ailleurs, vous n'aurez pas de recours.

En cas de contestation de votre licenciement, vous toucherez moins aux prud'hommes

La situation aujourd'hui. En cas de licenciement jugé abusif, le salarié peut porter l'affaire aux prud'hommes et obtenir des indemnités, qui ne sont pas plafonnées pour l'instant. La loi Macron, qui voulait instituer ce plafonnement, a été retoquée sur ce point.

Ce que prévoit l'avant-projet. Les dédommagements obtenus seront plafonnés selon un barème fondé sur l'ancienneté. Avec moins de deux ans d'ancienneté, vous toucherez au maximum trois mois de salaire, avec moins de cinq ans d'ancienneté, six mois de salaire, etc. Pour plus de vingt ans, vous ne pourrez compter que sur quinze mois. "Les montants retenus sont souvent en dessous des moyennes observées directement dans les tribunaux", constatent Les Echos, qui estiment que ce plafonnement est "bien plus avantageux [que la loi Macron] pour les plus grandes entreprises". En clair, ce plafonnement désavantage les salariés. Le juge pourra toutefois décider de dépasser le plafond en cas de harcèlement ou de licenciement discriminatoire.

Nvelle loi fin de vie

Nouvelle loi sur la fin de vie : que faut-il retenir ?

- vendredi 5 février 2016

La grande nouveauté de cette nouvelle loi est la mise en place de la « sédation profonde et continue », sous certaines conditions. Que pensez-vous de ces conditions, vous semblent-elles suffisantes, sans ambiguïté ?

Valérie Desplanques : Le texte a pour philosophie : « dormir pour ne pas souffrir avant de mourir » et le propos n’était pas pour les rédacteurs de la loi que soit ouvert un droit à la mort, à l’euthanasie ou à un suicide assisté. Il n’était absolument pas question de pouvoir proposer une sédation à but terminal mais d’associer à un arrêt des traitements de maintien de vie, dans les cas visés par la loi, une sédation profonde et continue afin d’éviter toute souffrance.

JPEG - 47.5 ko
Valérie Desplanques, avocat (SCP Valérie Desplanques)

Sur le terrain, l’appréciation que devra faire l’équipe médicale pour savoir si tel cas correspond bien à un de ceux visés par la loi reste bien évidement une décision humaine et comme telle sujette à discussion. Mais la collégialité, qui « permet à l’équipe soignante de vérifier préalablement que les conditions d’application prévues aux alinéas précédents sont remplies » [1], est un gage de sécurité.

En outre, si la nature bioéthique et l’importance sociétale de ces questions nécessitent un cadre juridique strict, il est important que l’appréciation des conditions d’application soit laissée au corps médical afin de permettre une certaine souplesse nécessaire à la matière.

Estelle Minatchy : Selon les termes de la loi, le patient atteint d’une affection grave et incurable se voit reconnaitre un droit à la sédation profonde lorsqu’il souhaite éviter toute souffrance. Cette possibilité lui est offerte dans deux cas : lorsqu’il présente une souffrance réfractaire aux traitements qui lui ont été administrés et lorsque sa décision d’arrêter ces traitements ferait naitre une souffrance insupportable.

La notion de sédation profonde, d’après les rapports de la Commission Sicard et celui du Comité consultatif national d’éthique, serait la recherche, par des moyens médicamenteux, d’une diminution de la vigilance pouvant aller jusqu’a la perte de conscience. Le but est de diminuer ou de faire disparaitre la perception d’une situation où la souffrance et la douleur ne peuvent être soulagées.

« Sédation profonde ou continue jusqu’à la mort ? »

Cependant, cette sédation profonde et continue reste très ambiguë et soulève la question de la conduite à tenir : sédation profonde ou continue jusqu’à la mort ? Quand passe-t-on de la sédation profonde au décès ? Aucune indication n’est donnée par le législateur sur la frontière entre l’état de perte de consciente et le moment ou le patient décède.

A votre avis, le droit du patient en fin de vie est-il renforcé par ces nouvelles dispositions ?

V.D. : Oui, en tout cas, c’est le but. L’article 3 tend à créer un droit nouveau à la sédation profonde et continue jusqu’au décès pour une personne malade dont le pronostic vital est engagé. L’article 4 de la loi [2] tend à renforcer le droit du malade à recevoir des soins destinés à soulager sa souffrance. Ces droits sont certes encadrés par des conditions de mise en œuvre bien précises mais ils constituent indéniablement une avancée. C’est au malade de décider ; certes sous contrôle.
Les rapporteurs de cette loi ont eu pour objectif premier de renforcer le droit du patient en fin de vie mais, on l’a déjà dit, il s’agit d’une loi consensuelle et il ne s’agissait pas de franchir la frontière pour certains inconcevable de la dépénalisation de l’assistance au suicide.

« C’est au malade de décider ; certes sous contrôle. »

Il faut par ailleurs considérer que les textes en ce domaine très sensible ne peuvent tout prévoir et qu’en tout état de cause, même à supposer un texte parfait, seule l’application qui en sera faite est importante pour le malade. Dans l’exercice de notre profession d’avocat, obtenir une décision de justice favorable pour notre client est notre but mais nous savons bien que cela est de peu d’intérêt si la décision ne peut recevoir exécution.

JPEG - 22.1 ko
Estelle Minatchy, juriste

C’est la même chose pour une loi. Attendons de voir si les droits renforcés des patients en fin de vie pourront s’appliquer sur le terrain, ensuite des décrets d’application et ensuite de la mise en œuvre du plan triennal pour le développement des soins palliatifs annoncé par le gouvernement qui prévoit notamment que seront déployées dès 2016 sur l’ensemble du territoire, trente nouvelles équipes mobiles de soins palliatifs.

E.M. : Il faut envisager cette question du point de vue de la personne dont la perspective de devoir vivre jusqu’au terme ultime de sa vie dans un environnement médicalisé est insupportable.

Les droits du patient en fin de vie sont en effet renforcés : il dispose désormais d’un droit de mettre fin à sa vie, mais sous certaines conditions. La Cour européenne des droits de l’homme reconnaît à l’individu le droit de décider de quelles manières sa vie doit prendre fin, à condition qu’il soit en mesure de forger librement sa volonté. La nouvelle loi, créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie, vient introduire dans le droit français le droit pour le patient de terminer sa vie dans la dignité.
Par ailleurs, la loi donne également une force contraignante aux directives anticipées, destinées à faire connaitre les souhaits du patient en fin de vie. Aujourd’hui, toute personne majeure peut rédiger des directives anticipées pour le jour où elle serait hors d’état d’exprimer sa volonté, directives révocables à tout moment [3].

La loi traite uniquement de la fin de vie, mais sera-t-elle applicable aux cas similaires à Vincent Lambert, ou faudra-t-il attendre une nouvelle législation ?

V.D. : Cette question a été précisément posée lors des débats parlementaires. Pour tenir compte des cas d’individus atteints d’une pathologie qui n’engage pas leur pronostic vital à court terme (condition imposée par la loi), un amendement a été proposé pour que la mise en place d’une sédation soit conditionnée à la « constatation d’une impasse thérapeutique ».

Jean Leonetti, rapporteur, a émis un avis défavorable : «  On a le droit depuis la loi de 2002, d’interrompre des traitements de survie à la demande du patient ou bien lorsque l’on considère qu’il s’agit d’une obstination déraisonnable dans une procédure collégiale, c’est-à-dire quand les traitements sont inutiles, disproportionnés ou quand ils n’ont d’autre but que le maintien artificiel de la vie. C’est sur ce fondement que le Conseil d’Etat a jugé légale la décision médicale de mettre fin aux traitements de Vincent Lambert. Une souffrance réfractaire au traitement est en soi une impasse thérapeutique ». Ainsi pour les rédacteurs de la loi, les cas similaires à celui de Vincent Lambert sont bien régis par la loi.

« Cette nouvelle loi vient renforcer la prohibition de l’obstination déraisonnable. »

E.M. : La nouvelle loi s’applique à des hypothèses bien déterminées de fin de vie ou d’obstination déraisonnable, sans pour autant préciser nettement cette dernière notion. A cet égard, le Conseil d’Etat dans sa décision du 14 juin 2014 a relevé qu’aux termes de la loi, le traitement n’ayant « d’autre effet que le seul maintien artificiel de la vie » peut caractériser une obstination déraisonnable. Il rappelle que l’alimentation et l’hydratation artificielles dont fait l’objet Vincent Lambert constituent des traitements au sens de la loi du 22 avril 2005. Ce qui est intéressant dans cette nouvelle loi c’est qu’elle vient renforcer la précédente loi Leonetti qui prohibait déjà l’obstination déraisonnable pour les patients en fin de vie.

Si Vincent Lambert est concerné par la loi, il ne l’est que sur le terrain de l’obstination déraisonnable. A priori, la sédation profonde ne peut lui être reconnue, car elle est réservée aux patients en fin de vie, dont le pronostic vital est engagé à court terme, et ne concerne pas les personnes dans la fleur de l’âge dont l’existence se trouve accidentellement brisée. La fin de vie au sens de la loi Claeys/ Leonetti demeure donc toujours liée à l’âge ou à la maladie.

La nouvelle loi fait montre de l’intention du législateur de garantir la lutte contre l’obstination déraisonnable. Cependant, elle ne comble pas tous les vides juridiques. Certaines questions restent en suspens : dans les faits, comment considérer et caractériser un traitement d’obstination déraisonnable ?

Propos recueillis par Clarisse Andry
Rédaction du Village de la Justice

EDF VA SUPPRIMER DES POSTES

L'énergéticien français EDF a annoncé, jeudi 21 janvier, qu'il allait réduire ses effectifs de 5% sur la période 2016-2018, sans licenciement, et réduire ses dépenses d'exploitation pour affronter un marché énergétique déprimé et mettre en oeuvre son plan stratégique.

"Pour s'adapter à son environnement et mettre en oeuvre les choix stratégiques de son projet CAP 2030, EDF SA optimise ses ressources en diminuant le nombre de recrutements et en réduisant toutes ses dépenses d'exploitation. Cela devrait se traduire par une baisse des effectifs de 5% sur le périmètre d'EDF SA, sans aucun licenciement, sur la période 2016-2018", a indiqué le groupe dans un communiqué diffusé à l'issue d'un comité central d'entreprise (CCE).

Le groupe a précisé à l'AFP que les suppressions d'emplois concernaient les 67.000 effectifs d'EDF SA, soit environ 3.350 personnes. "Cette gestion des ressources s'inscrit dans un environnement marqué par une concurrence accrue et des conditions de marché défavorables en France et en Europe qui nécessite une adaptation de l'entreprise", selon EDF.

ST-VALENTIN

Soirée Saint Valentin...

 

Ajouter cet évènement au calendrier

 

14 février 2016 19:30 à Corrençon-en-Vercors

Gastronomie

Soirée vigneron

 

Le restaurant les Hauts Plateaux vous propose un repas aux chandelles ( mise en bouche, entrée, plat, dessert )

pour 39 € / pers ou un repas accord mets & vins ( 3 verres en accord ) pour 50 € / pers


Adulte : de 39 à 50 €.

 

 

Lieu de la sortie

 

LES HAUTS PLATEAUX


38250 Corrençon-en-Vercors
Tèl. : 04 76 95 29 97
E-mail : contact@les-hauts-plateaux.fr

L'actualité de notre région

Soirée oenologie "Coeur vers Corps et classe de mer"

Ajouter cet évènement au calendrier
22 janvier 2016 19:30 à Corrençon-en-Vercors
Gastronomie
Soirée vigneron

Découvrez les vins en vous amusant (dégustation en verres noirs pour la couleur, reconnaissance de senteurs du vin, jeux, viniquizz…). Un buffet terroir accompagnera les dégustations.La totalité des recettes de la soirée sera reversée pour moitié à l'association Corrençonnaise "Coeur vers Corps" et pour moitié au voyage de classe de mer des CM1



 

0 commentaires

LA GASTRO ARRIVE

L'épidémie de gastro a démarré en France métropolitaine tandis que celle de grippe tarde à arriver, selon le réseau de surveillance Sentinelles.

Le franchissement du seuil épidémique pendant deux semaines consécutives permet de déclarer une épidémie au niveau national.

Pour la semaine dernière, le nombre des cas de diarrhée aiguë vus en consultation de médecine générale a été estimé par Sentinelles à 143.000 cas, soit 219 cas pour 100.000 habitants, au-dessus du seuil épidémique (194 cas pour 100.000 habitants).

"Il s'agit de la seconde semaine consécutive de dépassement du seuil épidémique confirmant l'arrivée de l'épidémie en France", commente Sentinelles dans son bulletin hebdomadaire mercredi.

Les taux d’incidences les plus élevés ont été relevés en Languedoc-Roussillon (389 cas pour 100.000 habitants), Nord-Pas-de-Calais (380) et Champagne-Ardenne (363).

"L'âge médian des cas (de 2 mois à 95 ans) était de 23 ans. Les hommes représentaient 48% des cas", ajoute Sentinelles qui constate toutefois que "les tableaux cliniques (...) ne présentaient pas de signe particulier de gravité", avec un pourcentage d'hospitalisation estimé à 0,5%.

Sur le front de la grippe saisonnière, l'activité est restée faible la semaine dernière.

"Le taux d'incidence des cas de syndromes grippaux (fièvre supérieure à 39°C d'apparition brutale, accompagnée de douleurs musculaires et de difficultés respiratoires) vus en consultation de médecine générale a été estimé à 69 cas pour 100.000 habitants, soit 45.000 nouveaux cas, en dessous du seuil épidémique (176 cas pour 100.000 habitants)", précise le réseau de surveillance.

Dans son bulletin hebdomadaire publié mercredi, l'Institut national de veille sanitaire (InVS) note de son côté que si l'activité de la grippe est restée faible, on constate une augmentation de certains indicateurs ainsi qu'une proportion plus élevée de prélèvements positifs.

L'Institut appelle par ailleurs les personnes qui ne sont pas encore vaccinées à le faire alors que la couverture vaccinale des populations à risque (notamment les personnes âgées de 65 ans et plus) n'est que de 47% selon une estimation provisoire, "loin de l'objectif de 75% fixé par l'OMS".

"Il est important pour les personnes à risque de se faire vacciner: l’épidémie n’a pas débuté et il est donc encore temps", souligne l'InVS.

En France métropolitaine l'an dernier, l'épidémie de grippe de "forte ampleur", qui a durement frappé les personnes âgées, a contribué à une surmortalité hivernale record de 18.300 décès, selon l'InVS.

LE VIRUS ZIKA

Le virus Zika s’étend dans les Antilles. En moins d’une semaine, le nombre de cas confirmés a doublé en Martinique pour atteindre 102. Les cas suspects sont quant à eux évalués à 1 000. Si le virus continue à se propager aussi rapidement, « la totalité des communes de l’île devrait être concernée », prévient les autorités sanitaires.

Pour limiter autant que possible sa propagation, la Préfecture de la Martinique a décidé de placer l’île au niveau 3 du programme de surveillance, d'alerte et de gestion des épidémies (PSAGE), soit le stade épidémique. Une cellule de gestion, sous la présidence du préfet, devrait « se réunir toutes les semaines, et plus s’il en est besoin, pour coordonner les actions à mener », indique la préfecture. Objectif : renforcer la lutte contre le vecteur,le moustique Aedes aegypti et Aedes albopictus, en multipliant les épandages d’insecticides et la destruction des gîtes larvaires.

Les autres départements français d’Amérique ne sont pas épargnés par Zika. La Guadeloupe et Saint-Martin ont confirmé la présence de 2 premiers cas. « Il s’agit d’un homme résidant à Saint-Martin et d’une fillette résidant à Grande-Terre en Guadeloupe », a indiqué l’Agence régionale de santé de Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy avant de précisé que « ces cas sont qualifiés d’autochtones puisqu’aucune de ces personnes n’a voyagé dans les 15 jours précédant le début des signes. »


La situation s’aggrave en Amérique latine

Par ailleurs, la situation semble s’aggraver en Amérique latine. En Colombie, les autorités sanitaires s’attendent à une évolution similaire au virus du chikungunya, soit entre 600 000 et 700 000 personnes infectées. A l’heure actuelle, le pays a répertorié plus de 10 800 cas confirmés. Elles redoutent également l’explosion des cas de microcéphalie, une malformation congénitale qui pourrait être liée à l’infection par Zika. Par mesure de précaution, 560 femmes enceintes ont donc été placées sous surveillance renforcée.

De son côté, le Brésil, pays le plus touché par l’épidémie de fièvre Zika, a annoncé que le nombre de cas de microcéphalie est en hausse. Selon le ministère de la santé, au 16 janvier, 3 893 enfants sont nés avec cette anomalie de croissance de la boîte crânienne, contre 3 530 dix jours plus tôt.

Aux Etats-Unis, la présence du virus Zika s’affirme de plus en plus. Ce mercredi, 3 nouveaux cas ont été confirmés en Floride chez des personnes ayant récemment voyagé en Colombies (2 d’entre elles) et au Venezuela. Une semaine plus tôt, une touriste américaine résidant au Texas a elle aussi déclaré les symptômes de la fièvre Zika après un voyage au Salvador. Pour le moment aucun cas autochtone n’a été rapporté. En revanche, un premier cas de microcéphalie a été signalé à Hawaii.

Pour passer une bonne journée

Pour être heureux(se) et rendre heureux ses proches, mieux vaut passer de bonnes journées. Or, certaines anxiétés ou contraintes quotidiennes nous en empêchent. Pas toujours facile de passer à côté… excepté si l’on adopte ces dix mantras expliqués par Fourchette & Bikini dans cet article. Alors, prêt(e) à sourire à la vie ? 

1/ Prendre un bon petit déjeuner

Inutile de préciser que l’on doit se lever du bon pied pour passer une bonne journée. Et pour bien démarrer la matinée, pas question de zapper le petit déjeuner. La fatigue ou la faim de fin de matinée ou en plein après-midi qui noircissent notre humeur ? Elles sont décuplées si on zappe ce premier repas de la journée. Alors, on fait l’effort d’avaler une boisson chaude, un produit céréalier, un produit laitier et un produit fruité peu de temps après s’être réveillé(e). Tonus, énergie et vitalité seront assurés !

2/ Dormir au minimum 8 heures par nuit

Bien et suffisamment dormir est essentiel pour éviter bien des coups de barre pendant la journée. Quoi de pire que de se sentir lessivé(e) et peu motivé(e) au travail ou à la maison ? On ne le répétera jamais assez, il faut dormir au minimum huit heures par nuit afin d’être en bonne santé. Une fois adopté, la bonne humeur sera facilitée !

3/ Faire des pauses

On croule sous les dossiers au bureau ? On passe des heures à faire le ménage à la maison ? Une pause s’impose ! Elle nous évitera de nous sentir surmené(e), intellectuellement ou physiquement parlant. Se prendre un café à la cafét’, fumer une cigarette, lire un magazine ou écouter de la musique, (…), bien des choses existent pour décompresser !

4/ Bouger

Rien de pire que de sentir son corps raplapla et ramolli… Zoom sur le sport pour se tonifier et se muscler. Surtout que, la pratique d’une activité physique libère des endorphines dans notre organisme, les fameuses hormones du bien-être et du bonheur. Alors, plus on bougera, plus on se sentira léger(ère) et fin prêt(e) à affronter les problèmes. Du footing au jardinage, toutes les activités sont bonnes pour bouger !

5/ Avoir des projets

Avoir des projets plein la tête est motivant et vecteur de bonne humeur. Agrandir la cuisine, redécorer le salon, acheter une nouvelle voiture ou avoir une promotion, (…), chacun nous pousse à vivre dans le présent et à continuer à aller de l’avant. En plus, quel plaisir de se lever en ayant un but bien précis en tête à atteindre…

6/ Être cordial(e) et bienveillant(e)

Une dispute avec Chéri(e), une embrouille avec notre meilleur(e) ami(e) ou un désaccord avec notre patron, (…), et notre moral en prend un sacré coup. On ne peut pas être certain(e) que les autres feront de même mais on pense à être cordial(e) et bienveillant(e) face à ceux qui nous entourent. Un sourire est plus apprécié qu’une moue. Nos proches seront à même, face à notre bonne humeur, d’être amicaux envers nous-mêmes… et ça, c’est l’une des clés pour être et se sentir heureux(se) !

7/ Accepter l’échec

Personne n’est parfait, il arrive fréquemment que l’on commette des erreurs. La présentation médiocre au bureau ou l’accrochage en voiture en rentrant à la maison ? Ça arrive à tous; il y a bien plus grave. Notre famille est en bonne santé, notre chéri(e) nous soutient sur tous les fronts et  on vient d’avoir une promotion, (…), on dédramatise donc… et accepte la situation !

8/ Être positif(ve)

La positive attitude, ça vous parle ? Comme dit plus haut, on apprend de ses erreurs et garde en tête le meilleur de chaque problème ou situation. La présentation médiocre au bureau ? Certains points positifs ont abouti en conclusion. L’accrochage en voiture ? Ce n’est que du matos, on est sain(e) et sauf(ve). Grâce à ses pensées positives, on évitera le stress, l’anxiété et la nervosité qui grisent notre journée.

9/ Ne pas ressasser le passé

Le plus important pour être heureux et passer une bonne journée, c’est de vivre l’instant présent. Ressasser le passé cause de la nostalgie (parce que l’on s’attarde souvent sur des événements malheureux qui s’y sont produits). Alors, on tire un trait sur tout cela et vit là, maintenant ! La moindre chose présente (qui nous entoure) nous rappelle que l’on est en vie. Autant en profiter, non ?

10/ Rêver

Pas question pour autant d’oublier de rêver ! Se projeter dans le temps est primordial pour savoir ce que l’on désire, souhaite ou envie le plus dans la vie. Que veut-on faire demain, après-demain, dans deux jours ou ce week-end ? Chaque réponse obtenue nous permettra d’apprécier d’autant plus nos journées et de nous aider à réaliser nos souhaits.

0 commentaires

Les mains : apaiser ses douleurs

Appuyez sur les points de votre main pour apaiser vos douleurs

main2

Points de votre main

Un médecin américain fut intrigué en 1910 par la façon dont les indiens d’Amérique luttaient contre la douleur. Il avait remarqué que les Indiens massaient des points situés sur la paume des mains et sur la plante des pieds, points que nous appelons aujourd’hui « zones réflexes »

Comme pour l’acupuncture, le massage des zones réflexes repose sur la constatation que l’énergie vitale passe par certains canaux. Normalement, l’énergie circule librement, mais en cas de stress, de douleur ou de maladie, le flux énergétique ralentit ou se bloque.

Le massage des zones réflexes peut rétablir la circulation du flux énergétique. Voici 3 zones des mains importantes et faciles à masser et que l’on peut faire partout : en marchant, couché, en réunion de travail, dans son bain, à la messe devant un sermon trop long, dans une réunion de famille, à l’école… Commencer toujours par la main droite, respirer profondément et boire un grand verre d’eau.

points-de-votre -main

points de votre main

Voici une façon rapide et simple pour soulager la douleur sans vous gaver de médicaments bourrés de produits chimiques.

Lisez consciencieusement  les instructions suivantes et améliorez votre état en massant les points de votre main :

  1. Localisez le point sur votre pouce qui est associé à la douleur dans votre corps. Appuyez dessus pendant 5 secondes.
  2. Relâchez la pression pendant 3 secondes.
  3. Appuyez de nouveau et répétez la même étape pendant plusieurs minutes.
  4. Faire cela au moins une fois par jour et vous vous sentirez beaucoup mieux dans une semaine.

Varicelle et gastro ...

Fort taux de varicelle en Rhône-Alpes pour Noël, la gastro s'installe

 

1 / 6

 

Dans son bulletin hebdomadaire, le Réseau sentinelles établit un bilan et une prévision des risques viraux sur le territoire français.

À l'approche des fêtes de fin d'année, c'est la varicelle qui est la plus répandue, en France. Le Réseau dénombre onze foyers importants, dont les régions Rhône-Alpes et Paca. Pour la première, 48 cas sont signalés pour 100 000 habitants (4ème région la plus touchée), contre 25 en Paca. L'Isère et la Haute-Savoie sont particulièrement concernées, jusqu'à 77 cas pour 100 000 habitants. 

Hiver oblige, la gastro-entérite pointe elle aussi le bout de son nez. Bien que considérée comme "faible" par le Réseau Sentinelles, elle est présente sur tout le territoire rhônalpin. Entre 60 et 90 cas, pour 100 000 habitants, sont recensés dans nos départements, à l'exception de l'Ardèche, qui compte environ 200 cas. En Paca, seules les Hautes-Alpes sont épargnées. 

Quant aux syndromes grippaux, ils sont encore faibles, les plus forts taux (74 cas pour 100 000) sont enregistrés en Isère en Haute-Savoie et dans la Drôme